Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

les gens heureuxRoman de 256 pages publié le 6/06/13 par les éditions Michel Lafon, 14.95 €

«  » Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.  » Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son coeur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel. Entre  » Le Journal de Bridget Jones  » et  » Love Story « , l’histoire de Diane nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a pas d’autre choix que de faire avec. »

Mon avis :

C’est le premier roman de l’auteur et ce fut pour moi une lecture détente agréable.

A force de voir ce titre un peu partout sur les blogs et sur Internet de façon plus générale, je me suis laissée tentée quand mes yeux se sont posés dessus à la médiathèque. Et même si ce ne fut pas la lecture à laquelle je m’attendais, j’ai bien aimé cette histoire.

Le début est très prenant et laisse présager une lecture sombre, triste et émouvante. On découvre Diane, jeune trentenaire qui se retrouve veuve après avoir perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture et qui n’arrive pas à s’en remettre (en même temps comment lui en vouloir). Elle ne veut voir personne, se coupe du monde extérieur, de son travail et se terre chez elle avec ses souvenirs et recherchant encore et toujours les odeurs laissés par ses deux amours. Seul son associé et ami Félix, un jeune homme homosexuel très atypique et particulièrement drôle, arrive encore à se faire entendre de Diane et fait tout ce qu’il peut pour la sortir de son état. Les deux personnages sont très bien décrits et on les aime dès les premières pages. L’écriture simple, laisse bien passer les sentiments de chacun et c’est très agréable à lire.

Seulement le changement arrive quand Diane décide de partir en Irlande, un voyage dont son mari avait toujours rêvé, et qu’elle décide de faire, contre l’avis de tous, pour lui et pour elle aussi. Sauf qu’à partir de là le roman a perdu, selon moi, en profondeur et on tombe dans une histoire « à l’eau de rose » un peu culcul qui m’a rappelé les romans Harlequin de ma mère, tous faits sur le même modèle « Ils se rencontrent, ils se détestent mais finalement ils s’aiment etc…. ». Car en Irlande, Diane a un voisin plutôt grognon avec qui elle fâche dès le début et tous les deux se comportent comme chien et chat. L’histoire devient alors beaucoup plus superficielle et légère et avec tous les rebondissements connus et attendus d’un roman d’amour. Et même si l’auteur se rattrape sur la fin, c’est cette impression qui reste prédominante.

Cela étant, cela ne fait pas de ce roman un mauvais roman, j’ai tout de même beaucoup aimé cette lecture simple qui offre un très bon moment de détente ; c’est juste un peu surprenant à la lecture de la quatrième de couverture.

Bref, une lecture agréable à lire pour se détendre.

Publicités

3 réflexions sur “Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s