La grâce des brigands – Véronique Ovaldé

la grace des brigands imageRoman de 284 pages publié par les éditions de l’olivier le 22/08/2013 – prix 19.50 €

« Quand Maria Cristina Väätonen reçoit un appel téléphonique de sa mère, dont elle est sans nouvelles depuis des années, l’ordre qu’elle avait cru installer dans sa vie s’en trouve bouleversé. Celle-ci lui demande instamment de venir chercher pour l’adopter Peeleete, le fils de sa soeur. Nous sommes en juin 1989, Maria Cristina vit avec son amie Joanne à Santa Monica (Los Angeles). Cela fait vingt ans qu’elle a quitté Lapérouse, et son univers archaïque pour la lumière de la ville et l’esprit libertaire de la Californie des années 70.
Elle n’est plus la jeune fille contrainte de résister au silence taciturne d’un père, à la folie d’une mère et à la jalousie d’une soeur. Elle n’est plus non plus l’amante de Rafael Claramunt, un écrivain/mentor qu’elle voit de temps à autre et qui est toujours escorté par un homme au nom d’emprunt, Judy Garland. Encouragée par le succès de son premier roman, elle est déterminée à placer l’écriture au coeur de son existence, être une écrivaine et une femme libre.
Quitte à composer avec la grâce des brigands. »

Mon avis :

C’est le troisième roman de cet auteur que je lis et j’aime toujours autant sa plume, son univers et les histoires qu’elle nous raconte. Cet auteur a du talent pour nous dresser le portrait de jeunes femmes dont la vie n’est pas un long fleuve tranquille mais qui, à force de courage et de persévérance, réussissent toujours à s’en sortir.

L’auteur nous raconte ici la vie de Maria Cristina Vaatonen, une jeune fille qui, à 16 ans, quitte Lapérousse un bled paumé, sa mère complètement folle de Dieu, sa sœur et son père pour vivre une vie meilleure à Santa Monica.

Mais peut-on réellement renier son passé et ses racines ou finissent-ils toujours par nous rattraper? c’est là la question posée par ce roman très bien écrit qui emporte le lecteur jusqu’à la dernière page.

Maria Cristina s’est construit une nouvelle vie ; nous est contée sa rencontre avec Joanne sa colocataire, avec Rafaël Claramunt un écrivain dont elle deviendra la secrétaire et qui l’aidera à faire publier son roman, et enfin avec Judy Garland l’homme à tout faire du fameux Claramunt qui s’attachera énormément à notre jeune héroïne. Un appel de sa mère lui demandant de revenir au pays va venir perturber la vie de Maria Cristina et l’obliger à repenser à son passé.

Bref, une belle histoire comme d’habitude mais dont il est difficile d’expliquer pourquoi on a bien aimé. En fait c’est un roman dont on ne parle pas mais qu’on lit tout simplement!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s