J’ai épousé un inconnu – Patricia Mac Donald

j-ai-epouse-un-inconnu-1235282-250-400Thriller de 427 pages de Patricia Mac Donald – traduit par Nicole Hibert – publié en 2007 par les éditions France Loisirs

« Ils sont jeunes mariés. Bientôt un enfant. Le bonheur parfait. Pour leur lune de miel, Emma et David ont choisi une simple cabane dans la forêt. Mais l’escapade amoureuse vire à la tragédie. Attaquée par un homme masqué armé d’une hache, Emma est secourue par un chasseur, qui est tué par le criminel. Pour la police, aucun doute : David est le suspect numéro 1. Et les preuves s’accumulent : son étrange refus de coopérer, son absence inexpliquée au moment des faits, la fortune de la jeune femme dont il hériterait… Le doute, ravageur, s’immisce alors dans l’esprit d’Emma. Connaît-elle vraiment l’homme qu’elle a épousé ?« 

Mon avis :

« On dévore page après page, on tremble, on s’interroge, on croit tenir la clef et, bien sûr, on se trompe. Mais c’est pour mieux savourer le final, impeccable » (S.H. Cosmopolitan). Voilà la promesse inscrite sur l’intérieur de la jacquette recouvrant la couverture de ce roman.

Alors certes la première partie de la phrase est véridique, il y a énormément de suspens dans cette lecture, le lecteur est happé dans la vie plus que mouvementée d’Emma cette jeune psychologue dans un centre pour adolescents en difficulté, fraîchement mariée, enceinte et victime dès sa lune de miel d’un homme masqué dont le seul but est de la tuer. Et si pour la police le supect n°1 est le mari, le lecteur va découvrir, au fil des pages, bien d’autres suspects possibles. L’auteur a, à cet égard, réussi à créer et maintenir un climat de suspicion extrêmement fort qui conduit le lecteur à s’interroger sur quasi tous les personnages. Et le doute va persister jusqu’au dénouement final.

Et c’est là que le bas blesse!!! Après des pages de suspens et de tension, de questions et de rebondissements, la résolution de l’intrigue tient en une succession de coïncidences qui s’enchaînent selon une logique plus qu’incohérente et qui laissent le lecteur frustré et furieux d’être ainsi laissé avec des questions en suspend.

Je peux pardonner un manque d’originalité dans l’intrigue et l’idée de base car après tout il n’est pas nécessaire qu’un roman soit original pour être réussi. Pour reprendre l’expression du chef Bau dans l’émission Le meilleur pâtissier « fait simple et tu risques de réussir ». A force de lire des polars/thrillers, les ficelles sont toujours les mêmes et il est de plus en plus difficile de se montrer très novateur et original. Soit. Mais de grâce il faut au moins soigner son « final »pour récompenser le lecteur de sa fidélité pendant toutes les pages précédentes, ce qui est loin mais alors très loin d’être le cas ici. L’enchaînement des évènements totalement imprévus qui conduisent Emma a rencontrer son bourreau est tellement inexplicable et improbable que l’histoire y perd toute crédibilité.

J’attendais une autre fin et c’est avec une grande frustration que j’ai refermé ce roman.

Bref, si on ne peut lui enlever la qualité d’être très addictif, il est bien dommage que ce soit pour conduire le lecteur vers une fin décevante.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s