Les podcasts créatifs

gif tricot

En tant que blogueuse littéraire je connaissais les « booktubeurs », ces personnes, blogueurs ou non, qui font des vidéos sur Youtube pour parler de leurs lectures, de leurs réceptions de livres… Je n’ai jamais trouvé de « booktubeur » qui puisse me faire rester plus de 2 minutes devant une vidéo, que ce soit parce que le ton employé reste très plat et « ennuyeux » ou parce que finalement la vidéo n’apporte rien de plus par rapport à un article « papier ». Bref, je n’ai jamais accroché au principe des vidéos pour les livres.

Et là, pendant ma semaine de vacances, je suis tombée sur des vidéos d’un nouveau genre, les podcasts créatifs, des vidéos faites par des tricoteuses/couseuses/crocheteuses qui montrent leurs réalisations. Même combat, vous allez me dire. Et bien  non, j’ai apprécié chacune des vidéos que j’ai regardées et y ai même trouvé un intérêt, une plus-value, par rapport aux articles papier des blogueurs créatifs.

Si vous connaissez un peu le monde du tricot, vous savez que l’on ne peut partager sur Internet et sur les réseaux sociaux que des patrons qui ne sont plus en vente. Pour ces réalisations là, un article papier est indispensable d’une part pour montrer ladite réalisation mais aussi pour expliquer en détail comment s’y prendre pour arriver à en faire autant.

Sauf que mis à part fouiller dans les vieux modèles de nos grands-mères, les trois quarts des patrons de tricot sont payants et dans ce cas là je trouve que le podcast – vidéo trouve tout à fait son intérêt par rapport à l’article papier parce que ne pouvant donner les explications détaillées du modèle, l’article papier va être assez bref, une petite photo de la réalisation, les références du patron et le type de laine utilisée et …puis c’est tout. Comment expliquer les choses sans contrevenir à la législation sur les droits d’auteur. Alors qu’avec une vidéo, non seulement vous pouvez montrer la réalisation du modèle et en tournant l’ouvrage dans tous les sens, expliquer les points ardus, les petits détails auxquels il faut être attentif.

Attention je ne dis pas que les articles papier ne servent à rien dans ce cas là, je dis juste qu’à mon sens la vidéo peut être plus intéressante.

En tous cas, moi j’ai craqué pour 2 podcasteuses que j’ai trouvées très bien, très intéressantes dans leurs paroles et leurs projets qui m’ont donné envie de réaliser certains d’entre eux et même me font réfléchir à l’idée de faire des vidéos.

Comme je suis une gentille fille, je vous partage ces deux découvertes et je suis sûre que comme moi vous regarderez ces vidéos avec plaisir.

Il y a tout d’abord Abyon, une jeune femme qui parle très bien, de façon dynamique et qui réalise de très jolis ouvrages très actuels et modernes.

 

Il y a ensuite Fille d’hiver, une tout aussi jeune femme, qui parle tout  aussi bien, qui réalise de tout aussi beaux ouvrages et qui fait aussi des vidéos à thème.

 

Je n’ai pas encore visionné tous les épisodes de Fille d’hiver mais je sais déjà que de nouveaux projets vont venir augmenter ma liste de projets à réaliser.

Et je parie que vous allez subir le même sort 😉

Les lieux sombres – Gillian Flynn

les lieux sombresThriller psychologique de 512 pages publié par les éditions Sonatine en 2010 et Le livre de poche en 2011

« Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sœurs sont assassinées dans leur ferme familiale. Rescapée par miracle, la petite fille désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de 15 ans. Ce fait divers émeut tout le pays, et la jeune Libby devient un symbole de l’innocence bafouée. Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby, qui ne s’est jamais remise du drame, souffre de dépression chronique. Encouragée par une association d’un type très particulier, elle accepte pour la première fois de revisiter les lieux sombres de son passé. C’est là, dans un Middle West désolé, dévasté par la crise économique et sociale, qu’une vérité inimaginable commence à émerger. Et Libby n’aura pas d’autre choix pour se reconstruire, et peut-être enfin recommencer à vivre, que de faire toute la lumière sur l’affaire, quelles qu’en soient les conséquences.« 

Mon avis :

J’ai découvert l’auteur avec la lecture de son roman Les apparences et si j’avais globalement aimé ma lecture j’avais quand eu beaucoup de mal avec les 150 premières pages…

Cette deuxième tentative fut bien au contraire une très belle réussite dès les premières pages. Certes il n’y a pas un rythme effréné, bien au contraire, le rythme est assez lent mais progressif et addictif qui pages après pages amène le lecteur vers le dénouement de cette histoire.

La construction de ce roman est celle que je préfère dans les romans à suspens, une alternance de chapitres entre le présent et le passé avec des indices et des recoupements qui rendent la lecture passionnante.

Dans ce roman on suit Libby dans sa vie de maintenant où à la suite d’une rencontre avec un club particulier qui essaie de réhabiliter des prisonniers innocents (ne le sont-ils tous pas?), elle part sur les traces de son passé. C’est le personnage principal et on la déteste dès le départ, elle apparaît comme une jeune fille paumée qui, plus par appât du gain que par véritable envie, replonge dans son passé. J’ai trouvé qu’elle manquait un peu de sentiments et de profondeur.

J’ai été beaucoup plus touchée par les personnages qu’on suit dans les chapitres consacrés au passé, à savoir les jours qui ont précédé le moment fatidique du meurtre de la famille de Libby. Je ne vous dirai pas de quels personnages il s’agit pour ménager l’intérêt de cette lecture, mais découvrir ce qui s’est passé les jours précédents en alternance avec la vie de Libby maintenant a rendu cette lecture passionnante jusqu’au bout. On y découvre aussi la vie difficile d’une famille croulant sous les dettes et qui doit gérer les enfants et l’exploitation agricole à une époque où la crise rend la vie à la ferme très ardue. Et je ne vous parle même pas du final.

Bref cette seconde plongée dans l’univers de Gillian Flynn fut un très très bon moment de lecture que je vous recommande chaudement.

Buche Chantilly, noisettes et praliné

photo de la recette buche

C’est la recette pleinement d’actualité et j’avais envie de la partager avec vous. C’est celle que je vais réaliser cet après-midi pour le repas de Noël de demain midi chez mes beaux-parents. C’est une recette que j’avais déjà réalisé il y a 2 ans pour le réveillon du Nouvel an que nous faisons tous les ans avec les mêmes amis et que Chouchou m’a réclamé pour ce Noël. Il n’est pas très dessert mais celle-là il l’avait adoré. Et je dois dire que moi aussi car elle est très légère et en fin de repas bien gras et chargé elle se mange bien sans alourdir encore plus notre corps bien malmené 😉

Je ne suis pas une pro de la pâtisserie et cette recette me faisait un peu peur. Réaliser un biscuit qui soit suffisamment cuit tout en restant moelleux était une première et ma foi plutôt bien réussi. Même l’étape du roulage, étape fatidique, s’était bien passé.

Jugez par vous même:

photo buche

Elle était belle hein !!!Et surtout elle était très bonne 😉

Bon trêve de blabla, après vous avoir fait saliver il est grand temps de vous donner la recette :

Les ingrédients sont assez simples finalement:

ingrédients buche

Et la recette en elle même est bien expliquée et en suivant les étapes les unes après les autres on y arrive assez facilement :

recette buche

Cette recette est tirée d’un livre de recette qui est maintenant épuisé donc je peux vous la partager sans contrevenir à la réglementation des droits d’auteurs mais je vous montre quand même la photo dudit livre:

toute-la-cuisine-1000-recettes-1000-photos

Publié par les éditions Solar une maison d’édition qui publie de très beaux livres de recette, surtout des desserts pour mon plus grand plaisir 😉

Si je vous ai convaincu de réaliser cette recette, surtout n’hésitez pas à venir me montrer votre réalisation ça me ferait très plaisir.

En attendant je vous souhaite de très joyeuses fêtes de fin d’année

Afficher l'image d'origine

Le difficile choix des aiguilles à tricoter

gif tricot

S’il y a bien un outil indispensable quand on veut se lancer dans le tricot, ce sont bien les aiguilles à tricoter. Et il faut bien les choisir si on veut pouvoir passer des heures et des heures à exercer notre passion sans souffrir des épaules, poignets et bras…

L’éternelle question : droites ou circulaires les aiguilles ? Je dois bien avouer que j’ignorais l’existence des aiguilles circulaires, ayant toujours vu ma mère et ma grand-mère utiliser des aiguilles droites. Et la première fois que j’en ai vu je me suis imaginé une évolution moderne du tricot…avant de voir dans un très vieux magazine offert par la grand-mère de ma moitié que les aiguilles circulaires existaient déjà « aux époques » (dixit mon fils) de ma jeunesse. Bref, tout ça pour dire que j’ai commencé le tricot avec des aiguilles droites et tous les inconvénients qui vont avec (lourdeur du tricot sur les aiguilles provoquant des douleurs dans les épaules et les bras au bout de peu de temps, éborgnage de chéri qui a la fâcheuse habitude de se coller à moi dans le canapé….)…avant de me laisser tenter à essayer les aiguilles circulaires … pour ne plus les quitter tant elles sont confortables et pratiques.

Après avoir répondu à cette petite question, il faut bien choisir ses aiguilles circulaires. J’avais commencé par m’acheter tout un lot d’aiguilles circulaires fixes sur A….

TinkSky 18 paires de 80cm professionnel carbonisé bambou aiguilles à tricoter au Crochet, aiguilles circulaires (2.0 mm à 10 mm)

Imaginez plus de 10 tailles différentes pour moins de 10 €, la belle affaire….et ben non, les aiguilles en bois avec des câbles en plastique transparents, limite j’aurai pu faire pareille avec des brindilles de mon jardin et les fils de scoubidou de ma fille !!! bon j’exagère un peu mais pas trop quand même puisque le câble des aiguilles 2.5 m’a lâchée en plein tricot d’un petit pull avant que ce ne soit l’aiguille elle même qui casse en plein milieu d’un rang.

Il me fallait donc trouver d’autres aiguilles circulaires plus résistantes. Après avoir lu plusieurs articles sur internet j’ai finalement choisi de me faire plaisir et de m’offrir les aiguilles Sharp Hya Hya avec câbles interchangeables.

Outre qu’elles m’ont coûté un bras, j’ai fait une erreur de choix de tailles des aiguilles au niveau de la longueur. On me donnait le choix entre une longueur de 10 cm et 12 cm. J’ai choisi 10 cm et j’aurai dû prendre 12 cm car je trouve que les aiguilles sont assez (trop) courtes pour mes larges mains ce qui fait qu’on tient plutôt le câble que l’aiguille en elle-même. Autre petit désagrément avec ces aiguilles : elles sont tellement pointues que je me suis empalé l’index gauche bien souvent et ai dû me faire comme un dé à coudre mais en bande autocollante de pansement pour protéger mon index.

Attention ces aiguilles n’ont pas que des inconvénients (d’ailleurs ceux que j’ai cités ne sont dus qu’à des mauvais choix de ma part 😉 ), elles présentent l’avantage certain, avec leur bout ultra pointu de bien piquer les mailles et avec les câbles qui tournent sur eux même on n’est jamais gêné par le tournicotage du tricot 😉

Après un an d’utilisation, elle sont toujours en bon état et je les utilise toujours, mais j’ai eu envie de changer et de tester une autre marque dont j’avais entendu le plus grand bien : les Knit pro symfonie

En bois laminé multicolore, elles sont magnifiques et elles glissent très bien. Les câbles s’attachent très facilement et même s’ils ne tournent pas sur eux mêmes comme les Hya Hya, ils ne sont pas trop chiants si on fait bien attention à tourner son travail du bon côté. Bon la pochette aurait pu être plus jolie mais ce n’est pas ce qui compte.

Après avoir essayé les deux sortes d’aiguilles ma préférence va aux Knit pro quand même parce qu’elles glissent mieux que les Hya Hya en métal où il faut parfois forcer pour faire remonter les mailles du câble sur l’aiguille.

Et vous ? droites ou circulaires?fixes ou avec câbles interchangeables? votre marque préférée?

Les Hauts de Hurle-Vent – Emily Brontë

les hauts de hurleventRoman de littérature classique publié en 1995 par les éditions De Fallois

« Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeune bohémien attira le malheur. Mr. Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l’ont méprisé. Cachant son amour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance diabolique. Il s’approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu’au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et fruste.« 

Mon avis :

Je ne suis plus très classique, j’en ai beaucoup lu quand j’étais jeune outre les lectures imposées et à l’époque j’aimais assez. Je me souviens avoir adoré Jane Eyre de Charlotte Brontë alors quand je suis tombée sur cette collection des œuvres des sœurs Brontë à la bibliothèque j’ai craqué et je me suis dit que c’était là l’occasion de retenter l’expérience classique.

Il faut bien le dire c’est « l’emballage » qui m’a plus au premier abord. J’adore cette couverture fleurie, dans des couleurs pastels agréables. Seulement voilà il ne faut pas toujours se fier aux emballages. En effet, déjà ce roman parait assez fin malgré ses 314 pages. Et pour cause, il est écrit tout petit ce qui n’en facilite pas la lecture. Ca c’était pour la forme.

Sur le fond, je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire, trop de personnages avec des prénoms trop similaires pour s’y retrouver, beaucoup de difficultés à identifier le narrateur et à savoir à quelle époque on se situe. En effet, l’histoire est racontée par la « bonne » sauf qu’il est parfois difficile de savoir si on est dans le passé raconté ou dans le présent du roman.

J’ai trouvé les personnages on ne peut plus agaçants, gnangnans, faibles, sans caractère et n’en ai trouvé aucun à qui m’attacher ce qui a rendu ma lecture plus qu’ardue. Ce roman est gouverné par la méchanceté du ténébreux Heathcliff qui, si javais encore eu 15 ans, aurait peut être pu trouver grâce à mes yeux, mais à mon âge avancé il m’a d’autant plus agacée que personne ne se révolte contre lui et semble subir et accepter son funeste destin sans broncher. Je sais bien que c’est l’époque qui voulait ça mais zut quand même !!!

J’ai failli abandonné mais je l’ai fini quand même avec l’espoir de voir les choses s’améliorer mais pas du tout. Je l’ai fini mais mon sentiment n’a pas changé, je n’ai pas aimé cette lecture.

Après je pense que mes habitudes de lecture y sont aussi pour quelque chose : je lis de façon morcelée au gré de mes pauses cigarette, de mes trajets en train, du temps de cuisson des pâtes…bref de petits instants qui m’ont peut être empêchée d’apprécier pleinement ce roman. Peut être est-ce un roman dans lequel on doit s’immerger pendant des heures et peut être que du coup il ne me convenait pas au départ !!!

Bref, cette lecture ne sera pas pour moi un bon souvenir mais je pourrai dire que j’ai lu un classique en 2015 !!! Et si vous l’avez lu et surtout aimé, je serai ravie de pouvoir en discuter avec vous 😉

Mes petites réflexions n°3 -La guerre des tutos en tricots

gif tricot

Je n’ai pas repris le tricot depuis bien longtemps, je découvre peu à peu la blogosphère dans ce domaine et certaines choses me gênent un peu. J’ai donc décidé d’en parler ici.

Les tutos et explications de tricot sont comme de l’or, ils sont demandés par de nombreuses personnes et déclenchent à chaque fois des réactions parfois violentes par rapport au droit d’auteur. Publier son projet en cours sur FB c’est une manière de montrer son travail et outre de recueillir des compliment, cela est aussi s’exposer, selon moi volontairement, à une demande du tuto qui permet de réaliser ledit projet. Après tout, c’est aussi parce que notre travail plait, qu’il donne envie à d’autres qui du coup voudraient savoir comment le réaliser à leur tour. Pour moi tout est dans la réponse donnée, car je pense que l’on peut expliquer gentillement dans quel ouvrage on a trouvé le modèle et donner le tuto si l’ouvrage en question n’est plus en vente.

Car c’est là que le bas blesse, le critère du patron encore en vente ou non. Donner le tuto d’un projet dont le patron est toujours en vente, c’est priver l’auteur des rentrées d’argent attendues de la vente de son patron. En même temps, y aurait-il vraiment eu perte de vente. En raisonnant comme pour les livres qui sont mon autre passion, je préfère attendre un peu et pouvoir emprunter un livre qui me plait à la bibliothèque que de me précipiter pour l’acheter ; du coup c’est une vente de perdue pour l’auteur dudit livre mais les bibliothèques ne sont pas interdites pour autant et on les autorise à diffuser dans leurs rayons des ouvrages qui viennent de sortir en librairie. Là je pense que c’est pareil, le pourcentage de ventes perdues par la diffusion des tutos sur Internet est à mon sens très minime parce que les trois quarts de gens qui obtiennent ainsi lesdits tutos ne les auraient pas acheté de toute façon.

La diffusion de tutos sur internet est parfois même le cœur même des blogs, j’en vois certains qui ne font que ça, donner les explications détaillées pour réaliser des modèles. Sans pour autant montrer leur travail, on a l’impression que l’auteur du blog ne réalise même pas lesdits modèles mais ne fait qu’en donner les explications détaillées.

Cela étant, je pense qu’il est plus intéressant de savoir comment une tricoteuse a pu réaliser un ouvrage , de voir le résultat et d’avoir quelques indices sur les difficultés et les matières à privilégier plutôt que d’obtenir sèchement le fameux tuto. Acheter le patron ensuite est une évidence une fois que l’on a eu l’envie et les précieux conseils de personnes l’ayant déjà réalisé.

Pour moi visuel, explications et conseils valent mieux que le tuto pur et dur.

Des anneaux marqueurs maison

gif tricot

Quand on se lance dans des tricots un peu plus complexes que le simple point mousse ou jersey, des tricots ou il y a des motifs ajourés, motifs qu’il faut répéter un certain nombre de fois, il y des petits ustensiles qui se révèlent bien pratiques : les anneaux marqueurs.

Si si je vous assure, j’ai moi même essayé de faire ma maligne avec mon nouveau projet :

projet en cours n°3

Je l’avais commencé sans anneaux marqueurs, sauf que avec 2 mailles lisières et 4 répétitions de 12 mailles de motifs, le tout avec tes enfants qui t’interrompent toutes les 3 secondes genre « maman j’ai soif, maman j’veux un câlin, mamaaaaan » j’en ai perdu le compte de mes mailles et j’ai du tout défaire parce que mes trous n’étaient plus au bon endroit ;-(

Jusqu’à maintenant j’utilisais des trombones de couleur comme anneaux marqueurs mais ça ne marche qu’avec des petites aiguilles et là je tricote en n°5 alors les trombones ne passent pas !!! Il me fallait donc une autre solution.

Alors certes, des anneaux marqueurs on en trouve dans toutes les bonnes merceries que ce soient des plus classiques

Résultat de recherche d'images pour "anneaux marqueurs tricot"

aux plus originaux, jolis… mais pas forcément accessibles à ma petite bourse (dit celle qui fume  comme un pompier !!!) ;-(

Résultat de recherche d'images pour "anneaux marqueurs tricot" Résultat de recherche d'images pour "anneaux marqueurs tricot"

Bref, certes il y a le côté financier mais aussi et principalement il y a le fait que depuis un an que je me suis remise au tricot, crochet et que j’ai découvert tout un monde dans la blogosphère, j’ai été contaminée par ce que j’appelle le syndrome DIY, une bonne maladie qui fait te demander à chaque fois que tu vois un truc qui te plait ou dont tu as besoin « Ne pourrais-je pas le faire moi-même? »

J’ai donc décidé de tenter l’aventure de fabriquer moi-même mes propres anneaux marqueurs en recyclant ce que j’avais chez moi.

materiel marqueurs

J’ai donc fouillé dans mes réserves et je suis tombé sur les perles d’un bracelet que ma fille m’a cassé.

Il me fallait également un fil d’une couleur qui trancherait à coup sur avec la majorité de mes projets de tricot.

J’avais en réserve des fils à broder que j’avais eu en cadeau avec un magazine et j’ai pu y trouver mon bonheur.

Et après une bonne heure de travail, j’ai pu obtenir 10 anneaux marqueurs.

resultat marqueurs

Le résultat est très artisanal et très imparfait puisque les boucles sont de taille inégale mais c’est pas trop moche non plus et surtout cela ne m’a rien coûté.

projet avec marqueurs

Aussitôt fabriqués, aussitôt mis en route avec la reprise de mon projet d’écharpe depuis le début. Alors certes les anneaux marqueurs font leur office mais je trouve quand même que les boucles sont trop grandes et du coup les anneaux marqueurs passent facilement par dessus les autres mailles et un défaut d’attention hier soir devant la télé a failli me faire rater le coche et tricoter une maille sans avoir fait passer l’anneau marqueur sur l’aiguille de droite ;-(

Ce matin j’ai donc réalisé un 2ème essai en utilisant un autre matériau, à savoir un reste de laine et une perle d’un poney de ma fille.

autre essai marqueursUne boucle plus petite, une chaînette au crochet, on finit par une perle et le tour est joué.

Le résultat visuel me convient mieux, la boucle plus petite devrait être plus facile d’utilisation, mais il reste quand même à mon sens un petit problème de légèreté à résoudre.

En effet, le but est quand même d’avoir un poids qui permette de bien faire tenir l’anneau marqueur sur l’aiguille et ce de manière tendue sans être trop lourd non plus.

Je pense finalement faire un combiné de mes deux méthodes en gardant les perles et en remplaçant la laine par du fil à broder pour avoir un bon rapport de poids.

Je pense que l’on peut trouver moultes autres solutions, comme les fils à scoubidou ou encore les fils à bracelet qu’utilisent les personnes qui fabriquent elles-mêmes leurs bijoux. Pour ce qui est de poids à utiliser pour lester l’anneau marqueur, boutons, perles sont de bonnes solutions. Bref tout un univers de possibles pour se faire ses propres accessoires à tricot.

Si vous aussi, vous avez réalisé vos propres anneaux marqueurs, je serai ravie de les voir alors n’hésitez pas vous manifester en commentaire 😉