L’heure du thé – Chantal Forêt

lheure du the

Roman de 301 pages publié par les éditions L’Archipel en octobre 2013.

De quoi ça parle :

Après avoir été séparée de sa soeur cadette depuis l’enfance, Nelly s’apprête à retrouver Anne dans un restaurant. Mais Anne n’est pas au rendez-vous. Inquiète de son silence, Nelly se rend au domaine de la Boissière, en Auvergne, pour y rencontrer la belle-famille d’Anne. Dans la pénombre d’une maison de maître, au fond d’un parc à l’abandon, Paul Maréchal, le mari d’Anne, et Alice, sa mère, accueillent en parente celle dont ils ignoraient l’existence.
La vieille dame en noir apprend alors à Nelly que sa soeur s’est tuée trois jours plus tôt dans un accident de voiture… Malgré sa réticence à partager l’intimité de ces inconnus, les soupçons qu’elle nourrit déjà incitent Nelly à rester pour en savoir plus : comment Anne, jeune artiste bohème, a-t-elle pu épouser cet homme soumis et échouer dans ce domaine isolé ? Alice Maréchal, possessive et hautaine, la considérait-elle vraiment comme sa propre fille ? Pourquoi Mado, la gouvernante, paraît-elle gênée par les questions de Nelly ? Dans le silence ouaté de la demeure bourgeoise, entre l’heure du thé et celle de la promenade, Nelly, en quête de vérité, marche dans les pas de sa soeur et prend d’instinct la place qui était la sienne au sein de cette famille…
Un mimétisme qui pourrait lui coûter cher.

Mon avis:

Présenté sur la quatrième de couverture comme un huis-clos angoissant, j’avoue tout de suite ne pas avoir ressenti d’angoisse à la lecture de ce roman. Certes, il est principalement axé sur les 4 personnages principaux, Nelly, Alice, Paul et Mado mais l’angoisse est bien loin d’être au rendez-vous.

L’histoire est assez simpliste. Nelly qui ne voyait plus sa soeur Anne depuis des années se retrouve démunie face au décès de cette dernière juste au moment où elles avaient décidé de renouer le contact. Nelly décide alors de partir chez la famille d’Anne pour en savoir plus sur cette soeur qu’elle ne verrait plus jamais. « Elle ne pouvait abandonner sa soeur dans la mort comme elle l’avait fait dans la vie« .  Ce qu’elle découvre est loin de lui plaire, elle ne reconnait pas ce qu’elle avait imaginé de sa soeur. L’ambiance est lourde, elle se retrouve « écartelée entre l’envie d’échapper à l’étouffement qu’elle éprouv(e) entre ces deux étrangers en deuil et le besoin instinctif, presque viscéral de s’attarder auprès d’eux qui avaient connu et aimé sa soeur« .

Alors bien sûr (ben oui hein dans un huis-clos angoissant c’est le schéma normal)  le doute s’installe, l’accident de voiture dans lequel sa soeur est décédée était-il bien un accident? Et l’intrigue qui se déroule selon un rythme hyper lent n’est pas plus surprenant que cela. Ca se lit mais honnêtement sans vraiment grande passion.

Le seul personnage qui se détache du lot n’est pas Nelly, le personnage principal, mais la belle-mère bien particulière. C’est  à elle que le lecteur s’attache, c’est elle qui mène la danse et qui fait l’attrait de cette lecture.

Au final, c’est une lecture sympathique, qui se lit bien mais qui, une fois finie, ne laisse pas un souvenir impérissable. Peut-être qu’à force de lire des polars/thrillers mes attentes se sont hissées à un niveau supérieur mis en terme de huis-clos angoissant on est bien loi du talent de Sandrine Colette!!! Dommage car le résumé était prometteur.

Publicités

Une réflexion sur “L’heure du thé – Chantal Forêt

  1. Pingback: Bilan de juin et prévisions de juillet |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s