Du danger de perdre patience en faisant son plein d’essence – Pascal Martin

du danger de perdre

Roman de 158 pages publié par les éditions Robert Laffont le 12 février 2015 puis repris par France Loisirs dans leur collection Piment (256 pages).

De quoi ça parle :

Trader arrogant et successful, Victor Cobus est incarcéré après une terrible mésaventure et se retrouve dans le collimateur du caïd de la prison. Contre leur protection, les matons lui proposent un marché pour le moins inhabituel : faire fructifier leur petit pécule de 30 000 euros, la totalité de leurs économies. La salle des marchés de Victor est désormais une cellule de prison dotée d’un ordinateur et d’une connexion Internet. Mais lorsque c’est votre vie qui dépend des fluctuations du Dow Jones et du CAC 40, le métier de trader prend une tout autre dimension…

Depuis la parution du roman Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, les titres à rallonge sont à la mode. Bien souvent attrayants par leur côté incongru, ils attirent les lecteurs curieux. Et c’est ce qui s’est passé pour moi avec ce titre qui m’a attirée en premier lieu. Et le résumé à fini de me convaincre de tenter la lecture de ce roman.

L’histoire démarre très vite et dès le premier chapitre l’auteur donne le ton. Victor Cobus est un trader tel qu’on les imagine, fier, roulant dans une grosse voiture et à qui tout réussit. Alors quand en sortant d’une station essence il se retrouve coincé derrière une voiture arrêtée en pleine voie et dont le chauffeur discute avec un chauffeur de taxi arrêté sur la voie d’en face, il n’hésite pas une seconde, il klaxonne violemment pour manifester son mécontentement. Sauf que la situation lui échappe… et il se retrouve en détention provisoire à Fleury Mérogis. Finis le costume cravate et le bel appartement…bonjour la jolie combinaison  et la chambre/salle de bain/toilette… le choc est rude pour notre bellâtre. Et ce n’est que le début des déconvenues… Il doit aussi améliorer la situation financière des gardiens en faisant fructifier leurs économies. Et bien sûr aucun droit à l’erreur ne lui sera accordé.

Derrière le côté drôle de cette histoire, se révèle aussi un excellent travail de l’auteur sur le monde des prisons, de la justice et des traders.

C’est une immersion totale du lecteur dans la vie d’une prison, micro société où les gardiens du bon ordre plus que du respect des lois. Le juste milieu entre répression et permission est le quotidien des gardiens. Sous couvert de la relation qui se noue entre notre prisonnier et son geôlier attitré, l’auteur nous dit tout sur ce qui se passe dans le monde carcéral, de la nécessaire présence d’un Caïd, charismatique et craint de tous pour assurer le maintien de la « paix ».

Le milieu de la justice n’est pas épargné non lus. Les rencontres du trader avec son avocat chargé d’assurer sa défense et les entretiens avec le juge d’instruction sont aussi propices à dénoncer certaines pratiques de la justice. Les méthodes plus ou moins « catholiques » des avocats pour sortir leurs clients du joug de la justice, les relations entre magistrats et avocats, l’auteur nous livre une vision très réaliste de ce monde judiciaire.

Et que dire du monde de la finance, parce que bien évidemment c’est plus facile de gérer les millions de milliardaires très peu regardant sur leurs pertes que de gérer les petites économies de petites gens qui ont les yeux rivés sur le trader et ses résultats. La pression n’est pas la même.

La vie de Victor Cobus n’est plus du tout un long fleuve tranquille et c’est avec beaucoup d’humour que l’auteur nous raconte tout. On apprend même, au fil des pages, à apprécier Victor Cobus, on voit évoluer son personnage et on est impatients de voir comment il va pouvoir se sortir de cette situation.

C’est un très bon roman détente, sans prise de tête, très agréable à lire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s