L’enfant de l’aube – Charlotte Vale Allen

l'enfant de l'aube

Une pépite !!!

Roman de 472 pages publié en 2009 par les éditions Harlequin dans la collection Jade, cette lecture m’a emportée, c’est un énorme COUP DE COEUR.

De quoi ça parle :

Alors qu’elle vient de perdre son mari dans un tragique accident, Kyra Latimer reçoit une étrange visite : celle de Jennifer Cullen, une jeune femme désemparée, qui se prétend sa fille et n’est venue là que pour lui abandonner son enfant. Bouleversée par ce nouveau drame, Kyra n’écoute que son coeur : en voyant le petit garçon de trois ans et demi qui accompagne Jennifer, un enfant craintif et silencieux, de toute évidence maltraité, Kyra n’hésite pas une seconde à le garder auprès d’elle. Jesse ne demande qu’à être aimé, il est pour elle une promesse d’avenir, l’aube d’une nouvelle existence. Une vie de mère, entièrement consacrée à cet enfant qui lui ressemble : lui aussi a eu sa part de souffrances, lui aussi a connu le rejet. Dans son rôle de mère, Kyra reprend goût à la vie et retrouve confiance en elle. Quant au petit Jesse, il va s’épanouir à ses côtés et combler sa nouvelle maman dans ses espérances. Mais le destin, parfois, ne donne que pour mieux reprendre et Kyra va risquer, une fois de plus, de perdre ce qu’elle a de plus cher au monde…

A la lecture du résumé, on imagine l’histoire classique maintes fois dépeinte dans les romans du petit garçon abandonné par sa mère avec bien des années plus tard un retour en force de ladite maman pour reprendre son enfant… et bien non l’auteur est allé beaucoup plus loin dans la réflexion et elle surprend son lecteur par des rebondissements inattendus et des émotions particulièrement fortes.

Le personnage de Kyra est admirablement bien décrit, c’est une femme très attachante que l’on aime dès les premières pages. Elevée dans une famille d’acteurs/réalisateurs célèbres elle s’est vue pendant toute son adolescente comme le vilain petit canard de la famille et n’a eu que peu de rapports avec ses parents et son frère jumeau. Sa rencontre avec son mari va changer sa vie. « Gary était l’homme le plus délicieux, le plus aimable et le plus sensuel qu’elle ait jamais rencontré« . Auprès de lui Kyra « ne se sentait plus ridiculeusement énorme ou inadéquate« . Elle avait trouvé le bonheur. Aussi, quand au bout de 10 ans d’un mariage heureux, ombragé seulement par l’absence d’enfant, Gary meurt, Kyra est brisée. A 38 ans elle se retrouve veuve sans avoir eu le temps de se préparer. Le choc est rude. Quand, le jour même des funérailles, elle voit débarquer une jeune femme qui se prétend être sa fille et qui veut lui abandonner son petit garçon de 3 ans, elle y voit un signe du destin, « elle avait perdu Gary, et par une sorte de compensation de la fatalité, elle se voit offrir ce qu’elle avait toujours par dessus tout désiré« . Elle accepte et c’est l’aube d’une nouvelle vie qui commence pour elle… et l’aube d’une merveilleuse lecture pour celui/celle qui tourne les pages.

On vit avec Kyra et Jesse, on tremble de les voir se découvrir, s’apprivoiser, nouer de véritables relations mère/fils. On ressent bien les émotions de Kyra dans son nouveau rôle de maman, elle apprend et ouvre les yeux sur ses propres relations avec ses parents et son frère. Elle devient une femme forte qui se bat pour son fils, pour qu’il soit heureux. Kyra est vraiment un très beau personnage dans ce roman car elle est surprenante. Moi même maman, je ne suis pas sûre d’avoir les mêmes réactions qu’elle face à ce qu’elle doit affronter et je suis admirative. Bref j’ai adoré ce personnage.

Jesse aussi est très attachant dans ses réactions et son développement. On rêverait tous d’avoir un aussi gentil garçon.

Bon on se doute bien que la vie n’est pas un long fleuve tranquille, surtout dans les romans, et qu’il va se passer des choses pour pimenter cette histoire. Et quelles choses mes amis!!! L’auteur révèle ici tout son talent car le lecteur est tenu en haleine jusqu’à la fin, comme dans un polar, avide de savoir comment les choses vont se dénouer. Toutes les questions qu’on se pose vont-elles trouver des réponses? Comment tout cela va-t-il finir?

Et c’est là que je dois m’arrêter, même si je brûle d’envie de vous en dire plus pour vous inciter à lire ce roman, car je risquerai de trop vous en révéler. Je dirai juste que si vous aimez les belles histoires familiales, les sentiments révélés, les rebondissements et passer par toutes les émotions dans vos lectures, ce roman est pour vous. Moi j’ai adoré cette lecture et je vous la recommande chaudement.

Une libération – Nicolas Rabel

une liberation

Une magnifique histoire!!

Roman de 581 pages publié par les éditions Nouvelles plumes en 2013, ce roman est une pépite, une magnifique histoire sur la période des années douloureuses de la seconde guerre mondiale.

De quoi ça parle :

Un vieil homme vient d’être assassiné dans une maison de retraite. Parmi les pensionnaires interrogés, Odette Dulac. Face au lieutenant de police, elle entame le récit de sa vie. En 1940, à tout juste 19 ans, l’histoire la fait basculer dans l’âge adulte : elle entre dans la Résistance, une expérience inoubliable et douloureuse. Son interrogatoire tourne à la confession : Odette peut enfin chasser ses fantômes… Une évocation vibrante des heures sombres de la France.

Je suis une fan inconditionnelle des romans qui traitent de la seconde guerre mondiale. D’habitude mes lectures concernent plus souvent des histoires sur les victimes directes, les malheureuses familles déportées en raison de leur origine juive. Ces histoires sont toujours pleines d’émotions. Ce roman a été pour moi la première occasion de découvrir une autre facette des horreurs de cette guerre et j’ai tout autant adoré cette lecture, les émotions étaient également largement au rendez-vous.

On y découvre l’histoire d’Odette, jeune fille française vivant à Paris pendant l’occupation. De son entrée dans la Résistance jusqu’à la libération de Paris, Odette, par le biais de son récit à l’inspecteur de police, nous livre une histoire passionnante, émouvante, bien souvent difficile mais hautement intéressante sur la vie des français qui ont eu à subir eux aussi des choses horribles et ce, de la part de leurs congénères français qui plus est. Bref c’est une facette de l’histoire que j’ai eu beaucoup de plaisir et d’émotion à découvrir. Odette est un personnage auquel on s’attache dès les premières pages et on ressent bien, grâce au talent de l’auteur, chacun de ses émotions en même temps qu’elle.

L’enquête policière sur la mort du vieil homme est « accessoire » mais cela permet aussi de faire des « pauses » dans le récit d’Odette. Les chapitres qui y sont consacrés sont bien plus courts et concis mais, même si les rebondissements sont un peu faiblards à mon goût, on a envie de savoir ce qui s’est passé.

Il est difficile de parler de ce roman sans spoiler donc je dirai juste que c’est un livre magnifique qui fut un gros coup de cœur pour moi.

Poulets grillés – Sophie Henaff

poulets grilles

Un délice !

Roman policier de 332 pages publié le 30 mars 2016 par Le livre de poche, ayant obtenu le prix des lecteurs polar et le prix Arsène Lupin

De quoi ça parle:

« Le 36 quai des Orfèvres s’offre un nouveau patron. Le but de la manœuvre : faire briller les statistiques en placardisant tous ceux qu’on ne peut pas virer et qui encombrent les services.
Nommée à la tête de ce ramassis d’alcoolos, de porte-poisse, d’homos, d’écrivains et autres crétins, Anne Capestan, étoile déchue de la Judiciaire, a bien compris que sa mission était de se taire. Mais voilà, elle déteste obéir et puis… il ne faut jamais vendre la peau des poulets grillés avant de les avoir plumés ! »

En entendant une lectrice de mon club de lecture en parler j’ai eu envie de découvrir ce roman policier apparemment déjanté. Et ce fût une très belle réussite!!!

C’est un roman policier original de par ses personnages. Point de héros policier sombre, à la vie difficile, fâché avec le monde entier, ni de beau gosse en costume. On est loin de l’image classique des flics de polar. Le grand chef de la police l’a dit au commissaire Capestan « on nettoie la police pour faire briller les statistiques. Les alcoolos, les brutes, les dépressifs, les flemmards et j’en passe, tout ce qui encombre nos services mais qu’on ne peut pas virer, on les rassemble dans une brigade et on l’oublie dans un coin ». On ne peut être plus clair. Un policier de l’IGS déchu pour cause d’homosexualité, une policière auteur de romans policiers à succès qui, adaptés à la télé, l’ont rendue richissime, un policier dont aucun coéquipier n’a survécu bien longtemps sans être blessé…ou pire, autant de personnages hauts en couleur qui, regroupés en une seul et même équipe, forment une brigade atypique et très attachante.

C’est un roman bourré d’humour qui tire des sourires de son lecteur. Courses poursuites en moto-crottes, écoutes policières par baby-phone, grève de la faim en binôme avec pause déjeuner incluse, quand on est une brigade déchue mais motivée, on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a.

Mais attention ce roman est aussi un véritable roman policier avec une intrigue extrêmement bien ficelée. Parmi les cartons d’affaires anciennes qui leur ont été attribuées, au milieu de vulgaires plaintes pour des clopinettes, notre équipe infernale tombe sur une affaire de cambriolage qui a mal tourné et décide d’enquêter sur la mort de la victime de ce cambriolage. Après tout ils n’ont que ça à faire !! Et c’est le début d’une enquête passionnante.

C’est fluide, direct, ça se lit tout seul, c’est bourré d’humour et de situations truculentes, un vrai délice!!!

Le second volet est sorti en mars 2017 et autant vous dire qu’il a déjà intégré ma liste de livres à lire en 2017. Incontestablement je suis fan de cette « série » et ne peux que vous inviter à la découvrir à votre tour.

rester groupés

La voisine – Jenn Ashworth

la voisine

Un thriller efficace

Roman de 515 pages publié en 2012 par les éditions Presse de la cité, puis par les éditions  du Club France Loisirs, ce thriller anglais est le premier roman de son auteur et c’est une lecture sympathique.

De quoi ça parle :

Lorsqu’elle emménage dans sa nouvelle maison, Annie tombe immédiatement sous le charme de son voisin, Neil. Mais il vit avec Lucy, une jeune femme svelte et épanouie, aux antipodes d’Annie, obèse et mal dans sa peau. Un mur seulement les sépare, et la jeune femme ne tarde pas à espionner ses voisins. Elle se persuade un peu plus chaque jour que Neil l’aime en secret. Dès lors, Lucy devient le seul obstacle à leur bonheur, et Annie compte bien se débarrasser d’elle, d’une manière ou d’une autre.

J’ai trouvé ce roman dans une bourse aux livres et à la lecture de la quatrième de couverture, l’idée de lire un roman en se plaçant du côté du « méchant » m’a tout de suite plu. Je m’attendais à une débauche de violence mais c’était sans compter sur la nationalité de l’auteur… en effet en bon thriller anglais le rythme est assez lent et on est plus dans le psychologique que dans le physique.

Annie est un personnage mystérieux, antipathique qu’on a envie de baffer. Mais elle a aussi un petit côté qui attire la pitié. C’est un personnage ambivalent qui intrigue. Les bribes de son passé qui viennent parsemer le récit de détails sur son caractère et le mystère qui entoure sa vie d’avant accrochent le lecteur. Le travail de l’auteur sur ce personnage est profond et recherché, c’est le personnage principal et tout tourne autour d’elle me direz-vous mais quand même.

Le rythme est vraiment lent, pendant les deux premières parties, on n’a pas vraiment l’impression d’être dans un thriller, on attend impatiemment que ça bouge, on trépigne de voir du sang, des coups bas, de l’action quoi!!! Il faut attendre la troisième partie pour que tout se bouscule et se mette en branle, à la lus grande joie et surprise du lecteur qui comprend enfin tout ce qu’il vient de lire. Propre aux thrillers anglais, chaque détail peut sembler insignifiant, la lenteur des débuts, tout se révèle à la fin et c’est sympa. J’avoue que la couverture et la quatrième de couverture laissaient penser à un roman beaucoup plus actif et macabre, ce qui peut être décevant pour les lecteurs accros à l’adrénaline, mais cela ne m’a pas gênée outre mesure, la lecture est plaisante.

J’ai bien aimé ce roman qui m’a beaucoup fait penser à La fille du train de Paula Hawkins.

Si vous aimez les thrillers anglais au rythme lent et aux révélations finales surprenantes, vous ne serez pas déçus. Un premier roman de l’auteur à découvrir!!!

Hortense – Jacques Expert

hortense

Machiavéliquement passionnant

Roman de 319 pages publié par les Editions SONATINE en 2016, ce thriller vient se rajouter au top 10 des meilleurs thrillers que j’ai lus dans toute ma vie de lectrice. Cette lecture est un énorme coup de coeur !!!!

Alors de quoi ça parle :

1993 : Sophie Delalande est folle d’amour pour sa fille, Hortense, presque trois ans, qu’elle élève seule. Son ex-compagnon est un homme violent, auquel elle refuse le droit de visite. Un jour, il fait irruption chez elle et lui enlève Hortense.
2015 : Sophie mène une vie morne, solitaire. Un dimanche pluvieux, elle se fait bousculer par une jeune femme dans la rue. Persuadée qu’il s’agit d’Hortense, elle la suit. Sans rien lui dévoiler, elle sympathise avec elle. La relation qui se noue alors est pleine de mystères. Sophie ne serait-elle pas la proie d’un délire psychotique qui lui fait prendre cette inconnue pour sa fille ? Et cette jeune femme est-elle aussi innocente qu’elle le paraît ?
Une intrigue fascinante et haletante, inspirée d’un fait divers.

J’ai découvert la plume de Jacques Expert avec la lecture de son roman Qui ? publié en 2013 et j’avais bien aimé. Du coup quand Sylvie, du club de lecture auquel je participe, me l’a mis entre les mains en m’obligeant à le prendre, alors que ma PAL personnelle est encore trop importante à mon goût, je n’ai pas résisté longtemps…et grand bien m’en a pris.

La construction est assez classique pour des thrillers « pluri-personnages-périodes » mais qui fonctionne bien. Une alternance de chapitres courts centrés sur le personnage de Sophie et d’autres de dépositions de témoins mettent déjà le lecteur dans l’ambiance et l’intrigue se met en place tout doucement.

Essentiellement tournée sur Sophie qui nous raconte par le biais de souvenirs ce qui s’est passé en 1993 puis ce qui se passe en 2015, l’histoire devient rapidement très prenante car on s’attache très vite au personnage de Sophie. C’est le personnage principal et il a été rudement bien travaillé, physiquement et psychologiquement. On se retrouve dans cette femme, on l’aime bien, on compatit à son triste sort.

L’intégration du personnage d’ « Hortense » apporte un nouveau dynamisme par les questionnements qui arrivent et c’est là que l’on se retrouve complètement happés, accrochés aux pages avec l’envie de toujours en savoir plus et comprendre.

J’ai la conviction que plus on lit de polars/thrillers, plus il devient difficile pour un auteur de nous surprendre tant on devient connaisseurs des constructions, des « ficelles » et qu’on imagine toutes les fins. Mais sans que cela nuise au plaisir de la lecture attention en tous cas en ce qui me concerne. Et bien dans le cas présent, outre que l’auteur nous a livré une intrigue émouvante, dynamique, mystérieuse et passionnante pendant plus de 300 pages, la fin est également excellemment bien travaillée et totalement à la hauteur si ce n’est plus haut que mes attentes.

En dire plus serait risquer d’en dire trop. Il y a même une comparaison avec un autre roman d’un auteur américain que je ferai bien mais que je ne peux point parce que si vous aviez lu ledit roman dudit auteur vous seriez spoilés et du coup privés du bonheur de lire ce super thriller et ce serait dommage !!!

Bref, un excellent thriller à lire impérativement !!!!

Mon podcast – épisode n°9

Aujourd’hui j’ai enregistré et publié mon 9ème épisode de podcast, le dernier de cette année 😉

 

Projets terminés:

  • gilet abalone (2) de Hedgehogfibres pattern en laine Charly de Phildar coloris jean
  • châle Bryum (2) de Lilofil en laine de chez Action de 2 nuances de gris, un clair et un foncé

Projets en cours:

  • bonnet « Bryum » avec les restes de laine de chez Action. Patron personnel inspiré du motif du Bryum
  • gilet Couleur du ciel de Sandrine et Compagnie en laine de chez Action, un bleu reine des neiges