Vengeance en Prada – Lauren Weisberger

vengeance en prada livreRoman de 452 pages de Lauren Weisberger, traduit par Christine Barbaste, publié le 7/11/2013 par les éditions Fleuve Noir – 19.90 €

« Cela fait dix ans qu’Andrea Sachs a démissionné du magazine Runway, dix ans qu’elle a plaqué Miranda Priestly et ce job d’assistante pour lequel « des milliers de filles se damneraient ». La papesse de la mode et ses satanées exigences ont eu raison de sa détermination.
Depuis, Andy et Emily, son ex-collègue et ancienne ennemie jurée, ont joint leurs forces pour fonder un magazine de mariage haut de gamme, The Plunge, devenu la référence incontournable. Eh oui, la roue tourne ! Andy a tout juste 30 ans, elle a du succès et elle est sur le point de se marier. Ses années de calvaire lui paraissent loin désormais, bien qu’elle fasse toujours attention de se tenir à distance de Miranda. Seulement, cette dernière sait reconnaître une opportunité quand elle en voit une et The Plunge lui fait envie. Autant dire qu’elle ne va pas manquer de se rappeler à leur bon souvenir…
Le diable est de retour, plus infernal que jamais !« 

Mon avis :

Je suis une fan de Lauren Weisberger dont j’ai lu tous les romans avec autant de plaisir. Après l’avoir découverte sur la route d’un retour de vacances avec People or not people, j’avais aussitôt poursuivi ma découverte avec la lecture de son premier roman Le diable s’habille en Prada qui m’avait procuré un énorme moment de plaisir livresque tant il me faisait penser à ma propre vie professionnelle, imaginez un peu !!!

Alors, quand la suite est sortie il était bien évident que je devais la lire et je m’empressais donc de faire rentrer ce roman dans ma P.A.L…Cependant quelques chroniques lues ici et là annonçaient quelque déception à la lecture de ce roman que j’ai donc laissé reposer dans ma P.A.L pendant une longue année. C’est à l’occasion d’une petite déception sur ma lecture précédente et l’envie de quelque chose de léger que l’envie de lire ce roman m’est apparue… et ce fût une très bonne intuition.

Après avoir refermé ce roman je me suis dit que le titre était mal choisi et qu’il induisait les lecteurs en erreur. Il ne faut en effet pas s’attendre à un roman sanglant avec une Miranda Priestly au coeur de ce roman. Elle est une ombre qui plane au dessus de la nouvelle vie d’Andy.

Car c’est bien de la vie d’Andy dont il est question à 100 % dans ce roman et de la manière dont elle la dirige, quelles leçons a-t-elle tirées de son expérience Runway? Et cette vie est quelque peu surprenante. Après tout, elle est maintenant à la tête d’un magazine de mariage très haut de gamme avec une associée hautement improbable en la personne d’Emily, son ancienne collègue. Et ce duo entre une Emilie filiforme, fashion victime et plus tournée vers son travail et sa réussite que sa famille et notre Andy fidèle à elle même, est assez drôle dans les situations qu’elle doivent affronter. J’ai beaucoup aimé voir comment ces deux femmes complètement différentes pouvaient s’entendre et mener à bien leur collaboration. Et de voir comment, 10 ans après Andy est encore traumatisée par son expérience sous la houlette de Miranda s’est révélé très émouvant et surtout en comparaison avec ce que peut ressentir Emilie.

Même si Miranda n’est présente que très peu dans ce roman, en tous cas physiquement, sa présence est quand même bien palpable et les piqures de rappel par le biais des souvenirs d’Andy sont assez révélateurs de ce qu’elle n’a, elle, absoument pas changé en 10 ans !!!!

Bref, si l’on peut regretter que Miranda ne soit pas autant présente qu’on le souhaiterait, cela ne gâche en rien la lecture de ce roman si on le prend pour ce qu’il est, un roman de chick lit agréable à lire et avec des personnages assez drôles et qu’on fait son deuil du Diable….

Confessions d’une accro du shopping – Sophie Kinsella

Couverture Confessions d'une accro du shopping

Roman de chick lit de 384 pages publié par les éditions Pocket en 2006

« Votre job vous ennuie à mourir ? Vos amours laissent à désirer ? Rien de tel qu’un peu de shopping pour se remonter le moral… C’est en tout cas la devise de Becky Bloomwood, une jolie Londonienne de vingt-cinq ans. Armée de ses cartes de crédit, la vie lui semble tout simplement magique ! Chaussures, accessoires, maquillage ou fringues sublimes… rien ne peut contenir sa fièvre acheteuse, pas même son effrayant découvert. Un comble, pour une journaliste financière qui conseille ses lecteurs en matière de budget ! Jusqu’au jour où, décidée à séduire Luke Brandon, un jeune et brillant businessman, Becky s’efforce de s’amender, un peu aidée, il est vrai, par son banquier, qui vient de bloquer ses comptes… Mais pourra-t-elle résister longtemps au vertige de l’achat et à l’appel vibrant des soldes ?« 

Mon avis :

Initialement publié en 2002 aux éditions Belfond, ce roman est le premier roman de Sophie Kinsella, celui qui l’a rendue célèbre. Son succès a été tel qu’il a été adapté en film en 2009. A force de lire des avis positifs sur ce roman et les diverses suites que l’auteur a écrites, j’ai eu envie de le découvrir à mon tour et mes vacances furent l’occasion idéale.

C’est un roman ultra léger, une lecture détente, non prise de tête, très agréable.

L’héroïne, Becky, est très sympathique. Mordue de mode elle ne peut s’empêcher de dépenser tout son argent et même plus et toutes ses bonnes résolutions volent en éclat à chaque tentative de limiter ses dépenses. Parce que la demoiselle y met de la bonne volonté, elle se jure de ne plus rien dépenser mais c’est toujours plus fort qu’elle. Elle est très attachante, on ne peut que l’aimer et c’est donc avec beaucoup de plaisir que l’on suit ses (mes)aventures qu’elles soient humaines ou financières.

Mais derrière la légèreté de l’histoire se cache une critique très pertinente de notre société actuelle où tout coûte cher et même si on travaille on a bien du mal à joindre les deux bouts ce qui fait le bonheur des sociétés de crédit qui fleurissent et promettent une vie plus facile en offrant aux gens la possibilité de s’acheter ce qu’ils veulent … à crédit certes mais c’est toujours tentant. En effet, au milieu de l’histoire se glissent les lettres reçues par Becky de sa banque ou des sociétés de crédit qui lui réclament de rembourser ses dettes d’un côté et lui proposent dans la lettre suivante une nouvelle offre alléchante….

J’ai beaucoup aimé cette histoire, drôle, dans l’air du temps, réaliste et juste sur la vie d’une jeune femme dans laquelle chaque lectrice retrouvera une part plus ou moins importante de ce qu’elle est ou rêverait d’être.

Bref une lecture idéale pour retrouver le sourire !!