Châle Akène – Bérangère Calliau

chale akene

Ce châle a été créé par Bérangère Cailliau, autrement connue comme L’Ile aux fils, et est accessible sur le site de Ravelry ici.

C’est la seconde fois que je le réalise et ce coup-ci il n’est pas pour moi (à mon grand désespoir), il va partir entourer les épaules d’une jeune fille de 10 ans qui a très bien choisi ses couleurs.

Le modèle :

C’est un patron facile à réaliser, même pour une débutante. Il n’y a pas vraiment de difficultés techniques, des rangs de point mousse

chale akene tout debut

et un point texturé (grain d’orme) simple mais du plus bel effet.

chale akene en cours

De plus la créatrice vous prend par la main du début à la fin. Tous les points sont expliqués et toutes les sections sont expliquées rang par rang avec l’indication à chaque fin de section du nombre de mailles qui doivent être sur les aiguilles. Une petite vérification du nombre de mailles et hop on peut passer à la section suivante sans stress.

C’est vraiment un modèle très agréable à réaliser, l’alternance de sections de point mousse en faisant des rayures et de point texturé dynamise le tricot et fait qu’on ne s’ennuie pas et qu’on a vraiment l’impression d’avancer vite. Il n’y a vraiment que la dernière section de point texturé qui paraît longue, surtout sur les rangs envers, mais comme on est quasi arrivé à la fin ça passe.

Pour avoir de jolies lisières j’ai utilisé les techniques préconisées par Macriserinde dans un de ses épisodes de podcasts, à savoir :

  • coté augmentation : un jeté entre les 2 premières mailles, jeté qu’on laisse tomber sans le tricoter au rang suivant. Cela donne la souplesse indispensable pour avoir une belle ligne

lisiere cote augmentation 2

  • côté « droit » : glisser la première maille comme pour la tricoter à l’envers.  Cela donne une belle définition de la maille, on a l’impression d’avoir une chaînette au bord du tricot.

lisière chale akène

Pour a bordure finale, il y a le choix entre une bordure en picot ou une bordure simple. C’est la seconde option que j’ai choisie et que j’ai réalisée en utilisant la méthode de rabattage élastique JSSBO (Jeny’s Suprisingly Stretchy Bind Of) : il faut faire un jeté au milieu des 2 mailles à rabattre et rabattre la 1ere maille et le jeté en même temps par dessus la seconde maille. Ca donne une bordure souple mais qui se tient et avec une belle définition des mailles

bordure chale akene 3

bordure chale akene 2

Bref, c’est un super patron d’un châle extrêmement bien pensé simple mais raffiné qui permet de belles associations de couleurs et donne un très beau rendu.

Les laines utilisées :

J’ai découvert très récemment Marie (@bibounette2309 sur Instagram) et ses podcasts et du coup ses laines puisqu’elle teint des laines qu’elle vend sur sa boutique Etsy Les laines de Bibounette (ici). Aussi, quand s’est posée la question du choix des laines pour ce châle, c’est tout naturellement que j’ai demandé à la destinataire du châle de choisir ses couleurs sur la boutique de Bibounette. Et son choix s’est porté sur :

le coulis de julie

Le coulis de Julie, un beau rose bonbon avec des petits endroits restés neutres, ce qui donne vraiment l’impression de douceur du bonbon. La composition de cette laine est 80% Merinos superwash 20 % bambou. 400 mètres pour 100 g

le marine de bibounette

Le marine de Bibounette, un beau bleu foncé avec des petits endroits plus clair et une impression de brillance. La composition est de 80 % Merinos superwash et 20% bambou. 400 mètres pour 100 g

chale akene laines 2

Ces laines sont tout simplement magnifiques, douces, agréables à tricoter, elles donnent un jolie rendu de point et leur association donne un résultat super joli qui me plait beaucoup.

J’ai utilisé 73 g du Coulis de Julie et 84 g du Marine de Bibounette.

C’était ma première réalisation avec les Laines de Bibounette et ce ne sera certainement pas la dernière tant j’ai aimé le rendu et la douceur de ces 2 écheveaux.

Bref, un beau châle avec des belles laines, je ne peux que vous inviter à découvrir les 2.

Publicités

Pashmina Cowl -Laura Dear de Black Crow Knits en français

pashmina-cowl

Il y a quelque mois je vous avais fait article pour vous présenter le col que j’avais fait pour ma fille (rattrapage ici ) en utilisant le patron gratuit sur Ravelry (ici) qui est en anglais. Même si je pense que les patrons en anglais ne sont pas si difficiles à faire que l’on pourrait le penser, on m’a demandé de l’aide pour le faire en français et alors autant aider tout le monde donc j’ai décidé de faire cet article pour expliquer en français comment faire ce patron. Puisqu’il est gratuit il n’y a aucune raison que les réfractaires à l’anglais ne puisse pas le faire aussi.

C’est parti !!

Le début : il faut commencer par monter 128 mailles avec les aiguilles 4mm en utilisant soit une méthode de montage provisoire soit une méthode classique et joindre pour tricoter en rond. Ensuite il faut faire 5 rangs de jersey endroit. Puis tricoter un rang en faisant *un jeté 2 m. ens à l’endroit* et répéter jusqu’à la fin du rang. Puis passer aux aiguilles 4.5 et tricoter de nouveau  5 rangs de jersey endroit.

Le rang suivant est un peu plus compliqué puisqu’il sert à finaliser la bordure inférieure du col. Il faut plier son tricot envers contre envers (le rang de *jeté, 2 m.ens à l’endroit* étant la ligne de pliure qui forme les jolis picots) et tricoter en jersey endroit en piquant à chaque fois la maille de l’aiguille gauche et la maille correspondante du range de montage des mailles. A la fin vous avez fait un joli ourlet et il faut tricoter un rang de jersey endroit avant d’attaquer le corps.

Le corps se fait en répétant le motif de dentelle suivant :

rg 1 : *1jeté, 6 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 2  et tous les rangs pairs : tout à l’endroit

rg 3 : *1m.end, 1jeté, 5 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 5 : *2m.end, 1jeté, 4 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 7 : *3m.end, 1jeté, 3 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 9 : *4m.end, 1jeté, 2 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 11 : *5 m.end, 1jeté, 1 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 13 : *6m.end, 1jeté, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 14 : tout à l’endroit

La réalisation du corps se fait de la façon suivante:

rgs 1 à 14 : 1 répétition du motif de dentelle avec les aiguilles 4.5

rgs 15-42 : 2 répétitions du motif de dentelle avec les aiguilles 4 (2 x les rgs 1 à 14)

rgs 43-70 : 2 répétitions du motif de dentelle avec les aiguilles 3.75 (2 x les rgs 1 à 14)

rgs 71-78 : 2 répétitions du motif de dentelle avec les aiguilles 3.5 (2 x les rgs 1 à 14)

La fin : passer aux aiguilles 3.25 et tricoter 5 rangs de jersey endroit. Puis faire un rang en tricotant *1jeté, 2 m.ens à l’endroit* et répéter jusqu’à la fin du tour.passer aux aiguilles 3mm et tricoter 5 rangs de jersey endroit. Pour finir l’ourlet, il faut faire comme pour le début et plier le tricot envers contre envers et tricoter à chaque fois la maille de l’aiguille gauche avec la maille correspondante du rang du tricot. (c’est là que personnellement j’ai foiré et que si je devais conseiller une méthode ce serait de faire un rabattage souple et de coudre ensuite avec une aiguille à laine parce que repérer la bosse correspondant à la bonne maille dans un océan de bosses sur l’envers d’un tricot en jersey n’est pas une mince affaire).

Voilà.

N’hésitez pas à venir  me dire si cet article vous a été utile.

Le gilet Abalone – Hedgehog Fibres Pattern

Ce gilet m’aura causé bien des soucis dans sa finition alors qu’il s’agit au départ d’un projet assez simple et qui est adaptable à toutes les morphologies et toutes les tailles.

C’est un patron gratuit sur Ravelry (ici) en jersey et point mousse. Il est très simple à réaliser et en faisant des calculs on peut l’adapter très facilement. On commence par le bas du dos en montant un pourcentage des mailles nécessaires pour avoir la largeur voulue au niveau de la poitrine et on augmente au fur et a mesure pour former l’arrondi du bas du gilet jusqu’à avoir le nombre total de mailles. On peut donc faire ce gilet pour tout le monde puisque la base est de connaitre le nombre de cm pour la largeur totale du projet.

La réalisation du corps ne m’a pas posé de problèmes, ce se tricote à plat donc il y a les fameux rangs envers que tout le monde semble détester mais qui ne me gênent pas plus que ça, et c’est un océan de jersey jusqu’à la séparation des 2 demi-devants et du dos.

Ce qui a coincé avec moi c’est la bordure !!! 3 fois j’ai du recommencer. La première fois c’était de ma faute, j’avais mal lu le patron et relevé 2 mailles sur trois comme pour les manches…du coup la bordure était trop serrée. La seconde fois, j’ai relevé toutes les mailles et…comme j’avais peur de re-rater j’ai fait trop d’augmentations  et du coup je me suis retrouvée avec une bordure à volants qui ne me plaisait pas (même s’il aurait été portable en l’état). Si vous voulez voir à quoi il ressemblait à ce moment là je vous invite à aller voir mon épisode n°7 de podcast tricot (ici). La troisième fois fut la dernière tentative. J’ai fait les augmentations préconisées par le patron et même si j’ai dû faire des diminutions par la suite car je trouvais que ça « volantait » encore, je trouve que le rendu est plutôt pas mal.

J’ai aussi choisi de le faire plus large que le patron car je voulais qu’il y ait de la matière devant sans pour autant pouvoir l’attacher.

J’ai réalisé ce gilet avec la laine Donizetti de la marque Les laines du Nord pour la couleur moutarde ; c’est tout doux même si c’est poilu mais c’est normal il y a de l’alpaga. Il m’a fallu 6 pelotes de 100 g à 1.99 € la pelotte et j’ai fait la bordure en laine accrylique achetée chez Gifi couleur chocolat.

Bref à part pour la bordure où le patron est un peu « léger », pour le reste c’est un projet très sympa.

abalone-3

abalone-10abalone-7

Pashmina Cowl -Black Crow Knits

pashmina-cowl

Le temps s’est clairement rafraîchi et il est grand temps de penser à se couvrir. Ma fille de 6 ans déteste les écharpes qu’elle laisse pendre de chaque côté de son cou et qui, à défaut de lui couvrir le cou, ramassent toutes les  saletés qui jonchent le sol. Un snood était donc une bonne alternative et ce modèle simple mais assez graphique me semblait idéal. Après avoir fait valider le modèle et la couleur par la demoiselle particulièrement difficile en matière vestimentaire, je me suis lancée.

A l’origine c’est un modèle pour adulte mais comme je l’ai tricoté en laine Woolly coloris 043 (rose) plus épaisse que la laine préconisée par le patron, le rendu peut convenir aussi aux enfants, d’autant plus que la hauteur du col permet d’avoir quelque chose de couvrant sans être étouffant. Point besoin de faire 2 tours, il s’enfile directement et le cou du chérubin et protégé.

Le patron est gratuit sur ravelry (ici). Le seul petit bémol est qu’il faut avoir beaucoup de tailles intermédiaires d’aiguilles puisqu’au lieu de faire des diminutions pour avoir le rétrécissement du col du bas vers le haut, il faut changer de taille d’aiguilles à certains moments en allant du 4.5 au 3 en passant par les tailles 4.00, 3.75, 3.5 et 3.25. j’ai du jongler entre les knit pro et les hya hya pour réussir à réaliser ce col de la manière préconisée et heureusement que je disposais de toutes les tailles.

Ce tricot a été l’occasion pour moi de découvrir la technique de la bordure en picots (vidéo  explicative ici pour le montage et  pour le rabattage) que j’ai beaucoup aimer réaliser et qui donne un très joli effet. Du moins pour le point de départ . Parce que pour la finition, si cela était à refaire je ferai différemment parce que rabattre les mailles du projet tout en faisant la couture sur l’arrière du tricot en reprenant les mailles du rang correspondant et le tout sur un tricot en rond, je ne vous cache pas que cela n’a pas été évident et qu’il y a des ratés. Ma bordure de finition du haut retombe fortement du fait de ma « couture ». Si cela était à refaire je pense que je rabattrai normalement et ferai une couture à l’aiguille pour être sûre de prendre la bonne maille. Si je ne suis pas très claire, je vous invite à aller visionner mon épisode n°6 de podcast (ici) puisque j’y évoque ce projet.

Mais c’est vraiment mon seul bémol parce que sinon ce col est vraiment très sympa à tricoter et donne un rendu très joli.

Les chaussettes orage

12918624_1628796917362162_558201891_n

J’ai décidé d’appeler ces chaussettes Orage à cause du rendu de la laine qui donne l’impression d’un ciel d’orage avec des nuances de rose pale, de rose plus foncé et de bleu.

Pour la laine j’ai utilisé de la laine de chez Action en pelote de 100 g qui m’a permis de réaliser mes 2 chaussettes et il en reste encore. La laine est un peu bizarre au toucher, on dirait du coton perlé ce qui rend cette laine particulière à tricoter car le fil tourne sur lui même et est assez épais. Au final le rendu est assez sympa et j’espère bien que le lavage va adoucir tout ça.

Pour le patron en lui même il est fait maison en alternant des mailles endroits et des mailles envers pour faire les losanges sur le dessus de la chaussette. Rien de bien compliqué.

Pour les orteils, je commence toujours selon la technique du turkish cast on en montant 12 mailles. Puis je fais une augmentations de chaque côté sur chaque aiguille (4 mailles ) tous les 2 rangs jusqu’à obtenir 64 mailles (32 sur chaque aiguille).

Ensuite pour le corps de la chaussette et les dessins de losange, j’ai tricoté ainsi :

rg 1: 1 m.end, 1 m.env, 28 m.end, 1 m.env, 1 m.end

rg 2 : 2 m.end, 1 m.env, 26 m.end, 1 m.env, 2 m.end

rg 3 : 3 m.end, 1 m.env, 24 m.end, 1 m.env, 3 m.end

et ainsi de suite jusqu’à tricoter 2 m. env au milieu du rang. Ce rang est à répéter une fois pour avoir un petit carré de 2m x 2rgs.

debut chaussette orage

Puis on continue en inversant le décalage des mailles env en partant du carré du milieu.

Après 20 cm tricotés en partant du bout de la chaussette on attaque le talon selon la méthode qu’on veut. Moi je fais des rangs raccourcis jusqu’à avoir 12 mailles pour avoir une symétrie avec le bout des orteils et je réintègre ensuite chaque maille jumelle jusqu’à retrouver mes 32 mailles par aiguille. L’image

Pour la jambe on continue le dessus comme on a commencé et pour le derrière on commence après le talon pour avoir des losanges tout le tour.

Après 11 cm tricotés depuis la fin du talon, 30 cm en tout depuis le début des orteils, on attaque les côtes en 2×2 pendant 15 rangs et on rabat souplement.

Les chaussettes – Le talon « After though heel »

gif tricot

J’avais publié un article il y a quelques temps sur les différentes méthodes pour réaliser le talon des chaussettes (séance de rattrapage ici) même si je ne les avais pas toutes testées. Aujourd’hui je viens vous donner mon avis sur la méthode du After though heel puisque je viens de réaliser mon premier talon selon cette méthode.

La méthode du talon After though heel consiste à tricoter sa chaussette en tube jusqu’aux côtes finales en ayant tricoté avec un brin de laine contrastante un rang à l’arrière de la chaussette pour réaliser le talon en reprenant les mailles après avoir fini la chaussette. Une fois les mailles reprises il suffit de tricoter le talon en faisant des diminutions de chaque côté tous les deux rangs jusqu’à avoir le nombre de mailles que l’on juge nécessaire et refermer le talon selon la méthode du grafting ou toute autre méthode qui ferme le tricot.

Après l’avoir testée, je viens vous expliquer pourquoi je ne suis pas convaincue par cette méthode.

12918624_1628796917362162_558201891_n

Tout d’abord et principalement parce que le rendu du talon ne me plait pas. Finalement les diminutions de chaque côté forment une petite épaisseur et des mailles apparentes en biais que je ne trouve pas esthétiques. Le talon n’est pas aussi discret que par la méthode des rangs raccourcis. Le rabattage des mailles à la fin du talon est plus compliqué et si le rendu est plutôt convaincant visuellement, la méthode artisanale que j’ai utilisée en rabattant les mailles sur l’envers de la chaussette a formé également une petite épaisseur que l’on sent quand on met la chaussette. Alors après peut être que je n’ai pas utilisé la bonne méthode pour le rabattage mais de toute manière le rendu des diminutions m’a définitivement dissuadée de faire de cette méthode ma méthode du talon.

La deuxième raison est plus psychologique. Beaucoup de tricoteuses parlent du syndrome de la deuxième chaussette, ce phénomène qui, quand on tricote ses chaussettes l’une après l’autre, fait qu’on a du mal à faire la deuxième. c’est un peu comme pour les manches des pulls. Personnellement je ne subis pas ce syndrome de la deuxième chaussette. Je les tricote effectivement l’une après l’autre et faire la deuxième ne me pose pas de problème, après tout la moitié de mon projet est déjà réalisé 😉

Par contre j’ai subi le « syndrome du talon » ;-(

Quand je tricote mes chaussettes, il y a deux étapes qui me plaisent :

  • la première c’est l’arrivée du talon qui signifie qu’on arrive à la moitié
  • la deuxième c’est l’arrivée des côtes qui signifie qu’on est sur le point de finir son projet

Avec la méthode de l’After though heel, non seulement l’arrivée du talon se résume à tricoter un rang avec une laisse de couleur contrastante et à continuer de tricoter jusqu’à la fin, ce qui en plus vous empêche d’essayer la chaussette pour ajuster la longueur de la jambe, mais en plus quand on arrive au bout et qu’on a fini les côtes on ne peut pas se dire qu’on a fini puisqu’il faut reprendre les mailles et faire le talon.

Je sais que ce n’est pas une raison très pertinente mais en ce qui me concerne elle est déterminante. Je suis tellement ravie d’arriver aux côtes de mes chaussettes que finalement me dire qu’il faut faire le talon me « déprime » plus que de me dire que je dois faire la deuxième chaussette.

Bref, j’ai testé le After though heel et je peux maintenant dire que j’aime pas et que ma méthode préférée pour faire le talon est celle des rangs raccourcis en même temps que la chaussette.

Et vous, que pensez-vous de cette méthode? Je serais ravie d’avoir vos avis 😉