Pashmina Cowl -Laura Dear de Black Crow Knits en français

pashmina-cowl

Il y a quelque mois je vous avais fait article pour vous présenter le col que j’avais fait pour ma fille (rattrapage ici ) en utilisant le patron gratuit sur Ravelry (ici) qui est en anglais. Même si je pense que les patrons en anglais ne sont pas si difficiles à faire que l’on pourrait le penser, on m’a demandé de l’aide pour le faire en français et alors autant aider tout le monde donc j’ai décidé de faire cet article pour expliquer en français comment faire ce patron. Puisqu’il est gratuit il n’y a aucune raison que les réfractaires à l’anglais ne puisse pas le faire aussi.

C’est parti !!

Le début : il faut commencer par monter 128 mailles avec les aiguilles 4mm en utilisant soit une méthode de montage provisoire soit une méthode classique et joindre pour tricoter en rond. Ensuite il faut faire 5 rangs de jersey endroit. Puis tricoter un rang en faisant *un jeté 2 m. ens à l’endroit* et répéter jusqu’à la fin du rang. Puis passer aux aiguilles 4.5 et tricoter de nouveau  5 rangs de jersey endroit.

Le rang suivant est un peu plus compliqué puisqu’il sert à finaliser la bordure inférieure du col. Il faut plier son tricot envers contre envers (le rang de *jeté, 2 m.ens à l’endroit* étant la ligne de pliure qui forme les jolis picots) et tricoter en jersey endroit en piquant à chaque fois la maille de l’aiguille gauche et la maille correspondante du range de montage des mailles. A la fin vous avez fait un joli ourlet et il faut tricoter un rang de jersey endroit avant d’attaquer le corps.

Le corps se fait en répétant le motif de dentelle suivant :

rg 1 : *1jeté, 6 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 2  et tous les rangs pairs : tout à l’endroit

rg 3 : *1m.end, 1jeté, 5 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 5 : *2m.end, 1jeté, 4 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 7 : *3m.end, 1jeté, 3 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 9 : *4m.end, 1jeté, 2 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 11 : *5 m.end, 1jeté, 1 m.end, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 13 : *6m.end, 1jeté, 2 m.ens à l’endroit* à répéter jusqu’à la fin du tour

rg 14 : tout à l’endroit

La réalisation du corps se fait de la façon suivante:

rgs 1 à 14 : 1 répétition du motif de dentelle avec les aiguilles 4.5

rgs 15-42 : 2 répétitions du motif de dentelle avec les aiguilles 4 (2 x les rgs 1 à 14)

rgs 43-70 : 2 répétitions du motif de dentelle avec les aiguilles 3.75 (2 x les rgs 1 à 14)

rgs 71-78 : 2 répétitions du motif de dentelle avec les aiguilles 3.5 (2 x les rgs 1 à 14)

La fin : passer aux aiguilles 3.25 et tricoter 5 rangs de jersey endroit. Puis faire un rang en tricotant *1jeté, 2 m.ens à l’endroit* et répéter jusqu’à la fin du tour.passer aux aiguilles 3mm et tricoter 5 rangs de jersey endroit. Pour finir l’ourlet, il faut faire comme pour le début et plier le tricot envers contre envers et tricoter à chaque fois la maille de l’aiguille gauche avec la maille correspondante du rang du tricot. (c’est là que personnellement j’ai foiré et que si je devais conseiller une méthode ce serait de faire un rabattage souple et de coudre ensuite avec une aiguille à laine parce que repérer la bosse correspondant à la bonne maille dans un océan de bosses sur l’envers d’un tricot en jersey n’est pas une mince affaire).

Voilà.

N’hésitez pas à venir  me dire si cet article vous a été utile.

Le gilet Abalone – Hedgehog Fibres Pattern

Ce gilet m’aura causé bien des soucis dans sa finition alors qu’il s’agit au départ d’un projet assez simple et qui est adaptable à toutes les morphologies et toutes les tailles.

C’est un patron gratuit sur Ravelry (ici) en jersey et point mousse. Il est très simple à réaliser et en faisant des calculs on peut l’adapter très facilement. On commence par le bas du dos en montant un pourcentage des mailles nécessaires pour avoir la largeur voulue au niveau de la poitrine et on augmente au fur et a mesure pour former l’arrondi du bas du gilet jusqu’à avoir le nombre total de mailles. On peut donc faire ce gilet pour tout le monde puisque la base est de connaitre le nombre de cm pour la largeur totale du projet.

La réalisation du corps ne m’a pas posé de problèmes, ce se tricote à plat donc il y a les fameux rangs envers que tout le monde semble détester mais qui ne me gênent pas plus que ça, et c’est un océan de jersey jusqu’à la séparation des 2 demi-devants et du dos.

Ce qui a coincé avec moi c’est la bordure !!! 3 fois j’ai du recommencer. La première fois c’était de ma faute, j’avais mal lu le patron et relevé 2 mailles sur trois comme pour les manches…du coup la bordure était trop serrée. La seconde fois, j’ai relevé toutes les mailles et…comme j’avais peur de re-rater j’ai fait trop d’augmentations  et du coup je me suis retrouvée avec une bordure à volants qui ne me plaisait pas (même s’il aurait été portable en l’état). Si vous voulez voir à quoi il ressemblait à ce moment là je vous invite à aller voir mon épisode n°7 de podcast tricot (ici). La troisième fois fut la dernière tentative. J’ai fait les augmentations préconisées par le patron et même si j’ai dû faire des diminutions par la suite car je trouvais que ça « volantait » encore, je trouve que le rendu est plutôt pas mal.

J’ai aussi choisi de le faire plus large que le patron car je voulais qu’il y ait de la matière devant sans pour autant pouvoir l’attacher.

J’ai réalisé ce gilet avec la laine Donizetti de la marque Les laines du Nord pour la couleur moutarde ; c’est tout doux même si c’est poilu mais c’est normal il y a de l’alpaga. Il m’a fallu 6 pelotes de 100 g à 1.99 € la pelotte et j’ai fait la bordure en laine accrylique achetée chez Gifi couleur chocolat.

Bref à part pour la bordure où le patron est un peu « léger », pour le reste c’est un projet très sympa.

abalone-3

abalone-10abalone-7

Pashmina Cowl -Black Crow Knits

pashmina-cowl

Le temps s’est clairement rafraîchi et il est grand temps de penser à se couvrir. Ma fille de 6 ans déteste les écharpes qu’elle laisse pendre de chaque côté de son cou et qui, à défaut de lui couvrir le cou, ramassent toutes les  saletés qui jonchent le sol. Un snood était donc une bonne alternative et ce modèle simple mais assez graphique me semblait idéal. Après avoir fait valider le modèle et la couleur par la demoiselle particulièrement difficile en matière vestimentaire, je me suis lancée.

A l’origine c’est un modèle pour adulte mais comme je l’ai tricoté en laine Woolly coloris 043 (rose) plus épaisse que la laine préconisée par le patron, le rendu peut convenir aussi aux enfants, d’autant plus que la hauteur du col permet d’avoir quelque chose de couvrant sans être étouffant. Point besoin de faire 2 tours, il s’enfile directement et le cou du chérubin et protégé.

Le patron est gratuit sur ravelry (ici). Le seul petit bémol est qu’il faut avoir beaucoup de tailles intermédiaires d’aiguilles puisqu’au lieu de faire des diminutions pour avoir le rétrécissement du col du bas vers le haut, il faut changer de taille d’aiguilles à certains moments en allant du 4.5 au 3 en passant par les tailles 4.00, 3.75, 3.5 et 3.25. j’ai du jongler entre les knit pro et les hya hya pour réussir à réaliser ce col de la manière préconisée et heureusement que je disposais de toutes les tailles.

Ce tricot a été l’occasion pour moi de découvrir la technique de la bordure en picots (vidéo  explicative ici pour le montage et  pour le rabattage) que j’ai beaucoup aimer réaliser et qui donne un très joli effet. Du moins pour le point de départ . Parce que pour la finition, si cela était à refaire je ferai différemment parce que rabattre les mailles du projet tout en faisant la couture sur l’arrière du tricot en reprenant les mailles du rang correspondant et le tout sur un tricot en rond, je ne vous cache pas que cela n’a pas été évident et qu’il y a des ratés. Ma bordure de finition du haut retombe fortement du fait de ma « couture ». Si cela était à refaire je pense que je rabattrai normalement et ferai une couture à l’aiguille pour être sûre de prendre la bonne maille. Si je ne suis pas très claire, je vous invite à aller visionner mon épisode n°6 de podcast (ici) puisque j’y évoque ce projet.

Mais c’est vraiment mon seul bémol parce que sinon ce col est vraiment très sympa à tricoter et donne un rendu très joli.

A l’intérieur – Jodi Picoult

a l'interieur coup de coeur

A l’intérieur de Jodi Picoult publié le 21.01.2016 par les éditions Michel Lafon

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Joëlle Touati

« Quand votre fils ne vous regarde jamais dans les yeux… comment savoir s’il est coupable ?
Adolescent atteint du syndrome d’Asperger, Jacob Hunt ne possède pas le mode d’emploi pour communiquer avec les autres. Enfermé dans sa bulle, il est pourtant d’une intelligence prodigieuse. Un sujet le passionne plus que tout : la criminalistique. Il parvient souvent à se rendre sur des scènes de crime, où il ne peut s’empêcher d’expliquer aux policiers comment faire leur travail. En général, il tombe juste.
Mais lorsqu’un assassinat se produit dans le quartier, l’attitude de Jacob est un signe flagrant de culpabilité pour la police. Pour la mère et le frère de Jacob, l’intolérance et l’incompréhension qui ont toujours menacé leur famille ressurgissent brutalement.
Et cette question lancinante, qui ne laisse pas leur âme en paix… Jacob a-t-il, oui ou non, commis ce meurtre ? »

 J’ai découvert la plume de Jodi Picoult avec Ma vie pour la tienne que j’avais beaucoup aimé. L’été dernier, grâce à Little Pretty Books qui en avais parlé sur son blog, j’avais récidivé avec Pardonne-lui que j’avais adoré. C’était officiel j’étais devenue fan et j’en avais tellement fait les louanges lors du club de lecture de ma médiathèque que lorsque son dernier roman A l’intérieur est sorti et a rejoint le fond de la médiathèque (la liste des ouvrages hein pas le fond le fond quoi) la responsable du club de lecture me l’a aussitôt mis en mains … pour mon plus grand bonheur. J’ai SURKIFFE cette lecture.

TOUT, absolument tout, dans ce roman est topissime.

Les personnages sont extrêmement attachants et émouvants. L’auteur, fidèle a elle-même, a apporté un soin particulier à la psychologie et au caractère de ses personnages. Ils sont très travaillés, très réalistes dans leurs comportements.

Le sujet du syndrome d’Asperger dont est atteint Jacob, le héro charismatique et particulièrement drôle (pour la lectrice que je suis, non concernée par cette pathologie et qui n’a pu s’empêcher de sourire à la lecture de certaines de ses répliques), est traité d’une façon très approfondie de sorte à ce que le lecteur appréhende complètement tous les aspects, même les plus difficiles, de cette pathologie.

Notamment, à travers le personnage d’Emma, la mère dévouée corps et âme à son fils, on découvre tous les problèmes que les parents doivent gérer. Entre crises d’angoisse, rituels permanents, absence totale d’empathie (imaginez un fils qui ne vous dit jamais qu’il vous aime) et troubles obsessionnels compulsifs, la vie d’Emma n’est pas facile et malgré toutes les difficultés elle ne renonce jamais et soutient Jacob . Mais jusqu’où l’amour d’une mère peut-il aller?

A travers le personnage de Théo, le frère de Jacob, c’est la relation fraternelle qui est analysée, un thème cher puisque déjà mis en avant dans Ma vie pour la tienne, et les sentiments ce celui qui est « normal » et dont on n’a pas besoin de s’occuper…Difficile de trouver sa place et que faire pour ne pas être « oublié ».

L’intrigue est également bien menée. L’histoire se déroule en alternant les chapitres consacrés à chacun des personnages et permet d’obtenir un rythme régulier et entraînant . Les sentiments de chacun sont bien décrits et permettent au lecteur de suivre parfaitement la logique de l’histoire. L’arrivée de nouveaux personnages dans le déroulé de l’intrigue, très à l’américaine, amène aussi un regard neuf, extérieur sur la situation de Jacob. On découvre ainsi la manière dont sont perçus les « Asperger » et l’incompréhension dont ils sont victimes.

En ce qui me concerne j’avais deviné ce qui s’était passé et je pense que tous les lecteurs habitués à lire des romans policiers seront dans le même cas (notre cerveau tournant à plein régime pour imaginer toutes les hypothèses possibles et résoudre l’énigme). D’ailleurs je ne pense pas que l’intrigue et sa résolution soient le principal objectif de l’auteur, et la rapidité du dénouement me conforte dans cette idée. Mais le fait d’avoir dénoué l’intrigue n’enlève absolument rien au plaisir de lire ce roman, l’envie de savoir si on a raison prend le relais et c’est toujours avec le même intérêt que l’on arrive au bout de sa lecture, ne regrettant qu’une seule chose… quitter ses personnages qui nous ont accompagnés pendant près de 600 pages.

Bref, A l’intérieur est un magnifique roman qu’il est indispensable de lire.

After – Anna Todd

after image

After – tomes 1 à 5 – de Anna Todd publiés par Le livre de poche

« Tessa est une fille gentille avec un adorable petit ami, Noah. Elle est décidée, ambitieuse et sa mère veille à ce que cela continue. Mais elle vient à peine de s’installer dans son dortoir d’étudiante qu’elle se heurte à Hardin. Avec ses cheveux châtains ébouriffés, son p… d’accent anglais, ses tatouages et son piercing sur la lèvre, Hardin est vraiment mignon et tellement différent des garçons qu’elle connaît. Mais il est aussi grossier, voire violent et Tessa devrait donc le détester… Ce qu’elle fait jusqu’au jour où elle se retrouve seule avec lui. Quelque chose du caractère sombre d’Hardin l’attire et leur baiser fait naître en elle une passion jusqu’alors inconnue. Il lui dit qu’elle est belle, qu’il n’est pas un garçon pour elle et il disparait, et ce à plusieurs reprises. Malgré la façon dont il la traite, Tessa va chercher au plus profond d’Hardin et derrière ses mensonges qui il est réellement. Plus il la repousse et plus Tessa sera entraînée plus près du gouffre. Tessa a déjà un petit ami parfait. Alors pourquoi fait-elle tant d’efforts pour surmonter sa fierté blessée et les ravages qu’Hardin fait à de belles filles comme elle ? À moins que… ce ne soit ça l’amour ? » (tome 1)

Qui l’eut cru, j’ai lu des livres « hot »!!! Et j’ai adoré !!! oui oui ceux qui me connaissent savent que le sexe dans les romans me hérisse le poil (et pas dans le bon sens hein) mais ça c’était avant 😉 Je vous explique tout maintenant.

Les livres du genre Romance, new adult, connaissent un succès retentissant depuis le fameux 50 nuances de Grey mais je disais toujours que non je ne lirai pas ce genre de romans parce que les histoires de cul, limite sado maso, très peu pour moi. Alors pourquoi j’ai lu After? Déjà parce qu’avant de critiquer il faut essayer, parce que le résumé du tome 1 m’a plu et donné envie de tenter l’aventure et aussi parce qu’il me fallait une lecture ultra détente pour ma semaine de vacances à la mer, une lecture que l’on peut arrêter brusquement au milieu d’une phrase parce que les enfants, sur la plage, sont une source d’angoisse permanente et qu’il faut sans cesse lever les yeux de sa lecture 😉 Le 1er tome faisant plus de 800 pages je me suis dit que c’était la lecture idéale qui me tiendrait la semaine et que cela ne me ferait qu’un livre à glisser dans ma valise 😉

Sauf que je n’avais pas imaginer ce qui allait m’arriver en entrant dans l’univers d’Anna Todd. Je ne vous cache pas que les débuts furent assez lents, (il faut dire que je venais de terminer le dernier Camilla Läckberg et que j’étais encore dedans…), j’avais du mal à entrer dans ce premier tome me demandant comment une histoire de « je t’aime moi non plus » pouvait durer … 5 tomes … dont les deux premiers de plus de 800 pages. J’ai beaucoup lu de romans Harlequin durant mon adolescence que je piquais en cachette dans la bibliothèque de ma mère et qui étaient tous construits sur le même schéma : une fille rencontre un mec, ils se détestent mais finissent inévitablement par coucher ensemble et par tomber amoureux et bla bla bla…Bref, mes a priori avaient la dent dure.

Et puis petit à petit, page après page, les personnages de Tessa et d’Hardin ont su me toucher et me faire entrer dans leur vie, leur histoire et ma lecture a pris une autre tournure. Je me suis mise à dévorer cette lecture qui devenait de plus en plus palpitante et prenante au fil des pages. Oui oui palpitante parce que l’on se retrouve à avoir envie de savoir si Tessa et Hardin vont vraiment finir ensemble, comment ce bad boy et cette jeune fille plutôt coincée vont-ils pouvoir s’accorder et ce d’autant plus que l’auteur dissémine des indices qui titillent la curiosité et liassent présager des drames et des rebondissements. Et c’est peu de le dire parce que le tome 1 se termine sur un « …à suivre » après une révélation finale plutôt surprenante.

S’en était fini de moi et comme ma semaine de vacances n’était pas finie, je me suis précipitée dans le 1er supermarché en sortant de la plage pour me procurer le tome 2 et poursuivre ma lecture… J’ai enchaîné les tomes les uns derrière les autres et en 2 semaines et demi j’ai dévoré cette saga de près de 3200 pages.

Pourquoi je fais un article général sur la saga et pas un article pour chacun des tomes ? Parce que ce serait vous priver de la découverte de cette histoire, parce que raconter pourquoi j’ai aimé le tome 2 vous enlèverait tout l’intérêt de lire le tome 1 et ainsi de suite. Je préfère vous expliquer pourquoi j’ai aimé cette saga dans sa globalité.

Alors tout d’abord ce qui m’a bien plus c’est le côté très réaliste de cette histoire avec ses aspects douloureux (j’avoue avoir versé quelques larmes…) et ses rebondissements plutôt surprenants. je ne m’attendais pas à autant de retournements de situation et de suspense dans une romance.

Ensuite l’auteur a extrêmement bien travaillé ses personnages et leur psychologie. Le passé et les mystères qui entourent les deux héros tiennent une place importante dans la saga et amènent des interrogations qui participent à l’attrait du lecteur.

J’ai aimé qu’au fil des tomes et déjà dans le tome 2, l’aspect « sexe » laisse la place à la révélation de sentiments qu’ils soient bons ou mauvais d’ailleurs parce que cette histoire a un côté sombre, pas gnagnan. Tessa est certes une jeune femme un peu naïve mais elle a aussi du caractère et Hardin est quant à lui un véritable « connard » mais qui montre parfois un autre aspect de sa personnalité. L’ambivalence des personnages donne du relief à cette saga et qu’on aime ou non les personnages on a envie de savoir comment ils vont évoluer et comment tout cela va se terminer.

Bref, j’ai énormément apprécié cette lecture et ne regrette absolument pas d’avoir tenté l’aventure des romans New Adult.

L’auteur a aussi écrit Before qui raconte l’histoire de Hardin avant sa rencontre avec Tessa. Elle a aussi écrit un roman sur Landon, un autre personnage de la saga After.

Si je ne suis pas sûre de lire les Before (parce que je crains une overdose de sexe…) , je lirai très certainement le Landon. A cet égard je préfère vous avertir qu’il ne faut pas lire le résumé de Landon avant d’avoir fini les After parce que vous pourriez être spoilés, je le sais parce que j’ai fait cette erreur ;-(

En tous cas pour moi et pour une première découverte du genre New adult ce fut une réussite et j’ai passé un très bon moment de lecture.