Collisions – Emma Dayou

collisions

Du pur polar français!!

Roman policier de 220 pages publié par les éditions L’aube le 2 octobre 2014

De quoi ça parle :

La femme est nue, crucifiée sur un Abribus. Le meurtrier a violé sauvagement sa victime avant d’exhiber son corps en pleine rue. Claire, femme flic, tout juste nommée à la P.J. de Lille, se lance dans une course contre la montre pour le clouer sur le banc des accusés. Mais pour l’identifier, elle va devoir faire remonter à la surface les vérités enfouies, les histoires les plus sombres et les secrets bien gardés. Rose, lycéenne, victime de harcèlement, est submergée par la violence, la peur et la honte. Une rencontre inattendue la pousse à parler. Flics, victimes, suspects, coupables se passent à tour de rôle la parole. Dans un rythme haletant, ils dessinent d’eux-mêmes des portraits oscillant entre noirceur et humanité, entre tendresse et violence, jusqu’au dénouement final.

Parfois au détour d’un rayonnage de bibliothèque, on tombe sur un roman qui nous attire. C’est ce qui s’est passé ici. C’est plus particulièrement le titre et la couverture sobre, sombre avec une toute petite image qui m’ont fait prendre ce roman dans les rayons. La lecture de la quatrième de couverture m’a définitivement convaincue de tenter l’aventure, ce d’autant plus que cela faisait très très longtemps que je n’avais pas lu de roman purement policier français.

On découvre d’un côté, Claire, une jeune policière qui, avec son équipe composé d’un jeune informaticien et de 2 briscards de la police, va devoir découvrir qui a tué une jeune femme et a exposé son corps en pleine rue sur un panneau publicitaire. D’un autre côté, on découvre Rose, une jeune lycéenne, victime de harcèlement qui trouve le courage de dénoncer ce qu’elle a subi.

Construit sur le schéma « un chapitre un personnage », écrit simplement mais efficacement, ce roman tisse la toile de l’intrigue de manière progressive. Comme dans une recette de cuisine, les indices et les rebondissements s’ajoutent comme des ingrédients d’un bon de petit plat. Et une pincée de coïncidence troublante par ci, et un détail qui tue par là…. L’auteur nous fait mijoter.

Le rythme est assez lent et plat mais sans pour autant être rébarbatif, assez proche je trouve des polars « classiques » français comme ceux de Fred Vargas.

Et derrière l’intrigue se cache la réflexion sur le traitement du viol dans notre société, la manière dont les victimes et les auteurs sont perçus. L’auteur a su traiter d’un sujet moderne malheureusement trop fréquent et l’intégrer dans un roman policier bien construit, avec une intrigue bien ficelée.

Bref, un bon polar à découvrir!

Une vie entre deux océans – M.L Stedman

une_vie_entre_2_oceans

Roman de littérature contemporaine publié par les éditions Stock en 2013 puis par Le livre de poche en 2014. Premier roman de M.L Stedman. Titre original : The Light Between Oceans. Traduit de l’anglais (Australie) par Anne Wicke. 449 pages

Après avoir connu les horreurs de la Grande Guerre, Tom Sherbourne revient en Australie. Aspirant à la tranquillité, il accepte un poste de gardien de phare sur l’île de Janus, un bout de terre sauvage et reculé. Là, il coule des jours heureux avec sa femme, Isabel. Un bonheur peu à peu contrarié par leurs échecs répétés pour avoir un enfant. Jusqu’à ce jour où un canot vient s’échouer sur le rivage. À son bord, le cadavre d’un homme, ainsi qu’un bébé, sain et sauf. Pour connaître enfin la joie d’être parents, Isabel demande à Tom d’ignorer les règles, de ne pas signaler « l’incident ». Une décision aux conséquences dévastatrices…

Ce premier roman de l’auteur a connu un succès énorme lors de sa sortie en grand format et il est maintenant disponible en format poche alors autant vous le dire tout de suite FONCEZ FONCEZ FONCEZ!!!

J’avais choisi ce roman dans la liste des 4 livres mensuels qui m’étaient offerts par Myboox après avoir gagner le concours de chroniques et comme bien d’autres romans il patientait dans ma monstrueuse pile à lire. Ce n’est que très récemment que je me suis décidée à le lire et si je ne regrette absolument pas mon choix je me mettrai des baffes pour avoir attendu aussi longtemps avant de découvrir cette merveilleuse histoire.

Parce que je vous le dis tout de suite, cette lecture fût un coup de coeur. Malgré son énorme succès, je n’avais pas été lire les avis des autres lecteurs et m’était contentée de la quatrième de couverture. Et quelle bonne décision ai-je prise ouh la la la parce qu’après l’avoir lu, j’ai découvert avec horreur que certaines chroniques en disaient beaucoup trop et m’auraient privé de la part de mystère qui entoure cette lecture.

Bref venons en au fait. C’est une histoire qui commence par un naufrage. Tom et Isabel voient échouer sur une plage de leur île un canot de sauvetage avec à son bord un cadavre et un bébé vivant. Et sous la pression d’Isabel, ils décident de ne pas signaler l’incident. Tout cela est concentré dans le premier chapitre qui est le moment charnière du roman. Et le chapitre suivant remonte très loin en arrière à une époque ou Tom ne connaissait pas Isabel et où en revenant de la guerre il devait retrouver une vie normale et y reprendre goût. On y vit avec lui son métier de gardien de phare, sa rencontre avec Isabel puis leur vie ensemble et leurs vaines tentatives pour devenir parents.

Ne criez pas au scandale je ne spoile rien car avec le 1er chapitre on sait déjà tout ça. Et c’est bien ce qui m’a perturbée au début de ma lecture car chaque évènement qui se passait dans cette première partie, j’en connaissais déjà l’issue et j’attendais avec impatience de retrouver le moment présent. Cela étant dit cette première partie n’en est pas moins passionnante car elle permet de bien cerner les deux personnages, leurs caractères, leurs envies et de comprendre le pourquoi de la décision de ne pas signaler le naufrage, le cadavre et le bébé.

Et pour la deuxième partie, je suis bien contente de ne pas avoir lu les avis de certains lecteurs et même si vous pouvez facilement savoir ce qui s’y passe je préfère vous laisser la chance de garder votre ignorance pour découvrir pleinement la suite de cette histoire qui se révèle pleine de suspense et de questionnements.

C’est une belle réflexion sur la maternité et le désir d’être maman, l’égoïsme liée à ce desir/besoin qui pousse à prendre/accepter certaines décisions et comment vivre avec. Car c’est bien de cela qu’il est question dans ce roman. Isabel persuade Tom de garder le silence sur cet incident et tous les deux vont devoir vivre avec leurs choix et vivre ensemble. J’ai énormément apprécié le côté très psychologique de ce roman mélangé avec une intrigue très bien menée.

Et le côté isolé de cette île au milieu de l’océan où la mer est bien présente m’a aussi énormément plu et me fait dire que les romans qui tournent autour de la mer ont un impact certain sur mon ressenti livresque (mais ça ce sera pour un autre article à venir). Le phare est également un personnage à part entière et participe à l’ambiance générale de cette histoire sensible mais dure, calme et parfois agitée. Bref tous les bons ingrédients pour une belle réussite livresque.

Si vous ne l’avez pas encore lu, c’est le moment ou jamais de vous plonger dans cette merveilleuse histoire.

L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa – Romain Puértolas

le fakirRoman de 256 pages publié le 21/08/2013 par les Editions La Dillettante – 19.00 €

« IKEA. Ou comment un banal et innocent mot de quatre lettres, prononcé à mi-voix dans un taxi à Roissy Charles de Gaulle, peut vite devenir le début d’une rocambolesque et hilarante aventure. De la crise européenne au régime post-Kadhafiste libyen, un voyage inattendu, riche en quiproquos et rebondissements, ballotera, dans une armoire, un arnaqueur professionnel sur le chemin de la rédemption et de l’amour. »

Mon avis :

Il s’agit du premier roman de l’auteur qui a rencontré un bon succès lors de sa sortie.

cette lecture fut pour moi un pur moment de rigolade livresque!!!

C’est un roman qui attire l’œil avec sa couverture très voyante mais pas très jolie (selon moi) et son titre à rallonge qui font qu’on retourne l’objet pour en lire la quatrième de couverture. J’avoue que je ne l’avais pas repéré (puisque je ne vais plus dans les librairies pour limiter mes achats) mais le club de lecture La Marguerite l’a fait pour moi puisque ce roman a été évoqué lors d’une réunion et en termes élogieux.

Je suis donc partie moi aussi en voyage avec le Fakir et j’ai adoré la ballade. L’histoire est bien faite, il y a plein de rebondissements, les personnages se croisent selon un scénario très bien construit et c’est très plaisant à lire. On lit des choses qu’on a forcément pensées à propos du magasin en lui même et on rigole bien.

Le personnage principal, le Fakir, est très attachant, il est un véritable escroc mais on l’adore dès les premières pages et on suit son évolution au fil des étapes de son voyage et de ses rencontres.

Tout a déjà été dit sur ce roman qu’on compare beaucoup au vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, et moi qui ai lu les deux, j’ai très nettement préféré le Fakir :-).

Bref, avec le mauvais temps qui s’installe, c’est la lecture idéale pour retrouver le sourire.

Les gens heureux lisent et boivent du café – Agnès Martin-Lugand

les gens heureuxRoman de 256 pages publié le 6/06/13 par les éditions Michel Lafon, 14.95 €

«  » Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.  » Diane perd brusquement son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son coeur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel. Entre  » Le Journal de Bridget Jones  » et  » Love Story « , l’histoire de Diane nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a pas d’autre choix que de faire avec. »

Mon avis :

C’est le premier roman de l’auteur et ce fut pour moi une lecture détente agréable.

A force de voir ce titre un peu partout sur les blogs et sur Internet de façon plus générale, je me suis laissée tentée quand mes yeux se sont posés dessus à la médiathèque. Et même si ce ne fut pas la lecture à laquelle je m’attendais, j’ai bien aimé cette histoire.

Le début est très prenant et laisse présager une lecture sombre, triste et émouvante. On découvre Diane, jeune trentenaire qui se retrouve veuve après avoir perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture et qui n’arrive pas à s’en remettre (en même temps comment lui en vouloir). Elle ne veut voir personne, se coupe du monde extérieur, de son travail et se terre chez elle avec ses souvenirs et recherchant encore et toujours les odeurs laissés par ses deux amours. Seul son associé et ami Félix, un jeune homme homosexuel très atypique et particulièrement drôle, arrive encore à se faire entendre de Diane et fait tout ce qu’il peut pour la sortir de son état. Les deux personnages sont très bien décrits et on les aime dès les premières pages. L’écriture simple, laisse bien passer les sentiments de chacun et c’est très agréable à lire.

Seulement le changement arrive quand Diane décide de partir en Irlande, un voyage dont son mari avait toujours rêvé, et qu’elle décide de faire, contre l’avis de tous, pour lui et pour elle aussi. Sauf qu’à partir de là le roman a perdu, selon moi, en profondeur et on tombe dans une histoire « à l’eau de rose » un peu culcul qui m’a rappelé les romans Harlequin de ma mère, tous faits sur le même modèle « Ils se rencontrent, ils se détestent mais finalement ils s’aiment etc…. ». Car en Irlande, Diane a un voisin plutôt grognon avec qui elle fâche dès le début et tous les deux se comportent comme chien et chat. L’histoire devient alors beaucoup plus superficielle et légère et avec tous les rebondissements connus et attendus d’un roman d’amour. Et même si l’auteur se rattrape sur la fin, c’est cette impression qui reste prédominante.

Cela étant, cela ne fait pas de ce roman un mauvais roman, j’ai tout de même beaucoup aimé cette lecture simple qui offre un très bon moment de détente ; c’est juste un peu surprenant à la lecture de la quatrième de couverture.

Bref, une lecture agréable à lire pour se détendre.