Qui je suis – Mindy Mejia

qui je suis

Thriller de 306 pages à paraître le 21 mars 2018 aux éditions Fayard / Mazarine éditions

De quoi ca parle :

Hattie Hoffman a passé sa vie à jouer de nombreux rôles : la bonne élève, la bonne fille, la bonne petite amie. Mais Hattie rêve d’autre chose, quelque chose de plus intense… et qui se révèle extrêmement périlleux. Lorsqu’on découvre son corps sauvagement poignardé, une redoutable onde de choc traverse la ville de Pine Valley.
Très vite, il apparaît que Hattie entretenait une relation secrète, hautement compromettante et potentiellement explosive. Quelqu’un d’autre était-il au courant ? Et dans ce cas, jusqu’où cette personne était-elle prête à aller pour mettre fin à cette relation ?
Riche en rebondissements, Qui je suis retrace une année de la vie d’une jeune femme dangereusement fascinante, au cours de laquelle surgissent les secrets les plus sombres d’une petite ville, tandis que Hattie se rapproche peu à peu de sa mort.
Suggestif et tranchant, ce roman examine la frontière entre l’innocence et la culpabilité, l’identité et la duperie. L’amour conduit-il à la découverte de soi… ou à la destruction ?

Qui je suis est un excellent thriller, très bien construit, qui alpague le lecteur et le garde accroché pendant plus de 300 pages pleines de suspense et de tension. En tous cas moi j’ai dévoré ce thriller en 3 jours.

Hattie Hoffman est une jeune fille mystérieuse, férue de comédie, elle rêve de quitter sa campagne pour découvrir New York. Mais qui est-elle vraiment? C’est la question qui va se poser quand son corps sans vie va être retrouvé dans une grange.

« J’avais passé ma vie à jouer des rôles, à être ce qu’ils voulaient que je sois ».

Pendant que le shérif Del Goodman mène l’enquête pour découvrir qui a pu commettre ce crime horrible, l’autrice nous fait remonter en arrière et nous raconte ce qui s’est passé dans la vie de Hattie pendant l’année écoulée pour en arriver à ce moment fatal pour la jeune fille. L’alternance de chapitres sur l’enquête policière à travers les yeux du Shérif « Del », par ailleurs très ami avec le père de la victime, et de chapitres sur la vie de Hattie à travers ses propres yeux mais aussi ceux d’un troisième personnage, donnent un rythme soutenu à cette lecture qui devient très vite addictive. L’intrigue est très bien construite, les chapitres sur Hattie se terminant bien souvent sur un indice aussitôt exploité dans le chapitre suivant consacré à l’enquête policière. Cette construction qui balade le lecteur entre passé et présent est hautement passionnante et tient bien en haleine.

Il y a plusieurs suspects possibles, plusieurs hypothèses qui se forment dans l’esprit du lecteur, d’autant plus s’il est un « pro » des thrillers et le tout est de savoir laquelle va se révéler être la bonne. C’est ce que j’apprécie dans les romans de ce genre, quand je me dis « ouais ben c’est lui/elle » et que plus tard tard, je me dis « ah ben non c’est ça qui s’est passé » et que plus loin encore je change encore d’option. C’est ce que l’autrice nous fait dans ce thriller, elle nous fait tourner en bourrique, forçant notre esprit à imaginer la résolution finale mais une résolution finale qui change au fil des pages qui se tournent.

Et l’histoire en elle même est aussi passionnante. Sur fond de littérature théâtrale, on apprend à mieux connaître Hattie. Elle met mal à l’aise, elle questionne, elle émeut, on a beaucoup de mal à la cerner et à savoir qui elle est vraiment. C’est frustrant mais c’est ce qui nous fait tourner les pages de ce roman pour en découvrir toujours plus sur cette jeune fille déterminée. L’autrice nous offre également une belle réflexion sur les sentiments amoureux, sur les choix de vie et leurs conséquences.

Ce thriller m’a fait passer un excellent moment de lecture et si vous voulez savoir qui est Hattie Hoffman et ce qui lui est arrivé, rendez-vous en librairie le 21 mars prochain .

 

Merci à la plateforme NetGalleyFrance et aux éditions Fayard/Mazarine éditions pour leur confiance.

Publicités

Arthus Bayard et les maîtres du temps – Laurent Bettoni

Roman d’aventures de 365 pages publié le 17/10/2013 par les éditions Din Quichotte

« Arthus, 14 ans, a perdu ses parents très tôt. Adopté par la famille Saint-Ange, des amis de longue date des Bayard, Arthus grandit aux côtés de la ravissante Lalie, 14 ans également. Les deux adolescents sont placés sous la surveillance de la fougueuse gouvernante Loreena, et du trouillard homme à tout faire Tomaso.
Le jeune garçon découvre un jour qu’il a le don de partir dans le passé, et d’y emmener tous ceux qui se trouvent à ses côtés au moment du départ. Problème : il ne décide ni du moment de départ, ni du lieu et de l’époque d’arrivée ! Voilà donc les quatre protagonistes embarqués dans un incroyable voyage dans le temps, aux côtés de Proust, Cocteau ou encore Conan Doyle. 

Mais Arthus se rendra vite compte que s’il possède ce don, c’est pour accomplir une mission périlleuse et changer le cours des choses… »

 Mon avis :
Je tiens tout d’abord à remercier l’agence LP Conseils de m’avoir proposé de découvrir ce roman d’un auteur que je ne connaissais pas mais que maintenant je vais suivre avec attention.

Vous l’aurez compris j’ai énormément aimé cette lecture et le mot est faible tant ce roman a su m’embarquer grâce à une histoire passionnante et des personnages très touchants.

L’écriture est fluide et ultra facile à lire.

L’histoire est très bien pensée et dès le départ le côté aventureux est bien présent. Arthus, un jeune garçon de 14 ans, orphelin, se découvre un jour le pouvoir de voyager dans le temps ; il en fait profiter sa meilleure amie Lalie, sa gouvernante Loreena et son chauffeur Tomaso ; les voyages dans le temps de nos héros ont un but ignoré de ces derniers et du lecteur qui découvre les indices au fil des pages même si l’auteur a intégré des passages relatifs à l’objet de la mission. Le tout est cohérent sans aucune longueur, le lecteur est constamment intéressé par ce qu’il lit et le mystère plus général concernant le don d’Arthus reste entier. Alors que d’habitude le premier tome d’une saga pose un peu le décor et les personnages, nous sommes ici en présence d’une véritable aventure avec de l’action, du suspense, de l’humour et des sentiments.

Les personnages d’Arthus, Lalie, Loreena et Tomaso apportent aussi énormément à l’histoire. Très bien décrits il sont très touchants et drôles. Si le duo Arthus/Lalie est plutôt commun aux romans adolescents, mais pour autant très drôle et à l’image des jeunes adolescents de notre époque, le duo Loreena/Tomaso est tout simplement extraordinaire d’humour, de dérision et de surprise.

Le résumé de ce roman m’avait déjà bien emballée et encouragée à accepter de recevoir ce roman en SP et la lecture m’a définitivement conquise et c’est avec impatience que je vais attendre le tome 2 et les suivants.

Bref, ce roman est un énorme coup de coeur livresque que je ne peux que vous inviter à découvrir à votre tour.

Esprit d’hiver – Laura Kasischke

Roman de 276 pages publié le 22/08/2013 par les éditions Christian Bourgeois, 20 €

« Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d’angoisse inexplicable. Rien n’est plus comme avant. Le blizzard s’est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant… »

Mon avis :

Magistral!!!

J’avais découvert l’auteur avec Les revenants que j’avais bien aimé mais sans plus. Mais j’avais quand même envie de découvrir d’autres romans de cet auteur et quand l’occasion s’est présenté de lire son dernier roman, je me suis laissée tenter. Et j’ai bien fait 😉

Ce roman est un huis clos oppressant qui fait monter la pression du lecteur jusqu’à la dernière page !!!

On y découvre Holly qui, après avoir subi une ablation des seins et des ovaires, a adopté en Russie, avec son mari, Eric, une petite fille, Tatiana, devenue en ce jour de Noël, une adolescente qu’elle ne comprend plus.

On ne voit que le point de vue de Holly qui semble de plus en plus mal en revenant sur les conditions d’adoption de Tatiana, sur sa vie de jeune fille puis de femme et enfin de mère. « Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux« , un mantra que Holly se répète toute cette fameuse journée de Noël où elle attend seule avec sa fille que ses invités arrivent et qui devient, au fil des pages, très angoissant.

C’est un roman magnifique sur l’adoption, les liens de filiation qui se créent et le bonheur d’être parent.

Comme d’habitude avec l’auteur, l’écriture est superbe et contribue largement, en plus de l’histoire, à faire passer les émotions.

On en ressort perturbé, époustouflé et on en redemande encore.

A lire impérativement!!!

Juste une ombre – Karine Giebel

juste une ombreThriller de 608 pages publié par les éditions Fleuve éditions en 2012 puis par les éditions Pocket en 2013

« Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour… Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t’observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule. Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard… Tu commandes ? Apprends l’obéissance. Tu méprises ? Apprends le respect. Tu veux vivre ? Meurs en silence…« 

Mon avis :

Juste une ombre est le sixième roman de l’auteur après Terminus Elicius (2004), Meurtres pour rédemption (2006), Les morsures de l’ombre (2007), Chien de sang (2008) et Jusqu’à ce que la mort nous unisse (2009). Il a reçu le prix Polar francophone 2012 du Festival Polar de Cognac.

En ce qui me concerne, cette lecture fut ma seconde plongée dans l’univers de l’auteur. Après l’avoir découverte et aimée avec Jusqu’à ce que la mort nous unisse, c’est ce roman que j’ai choisi de mettre dans mes valises pour les vacances. Et ce fut une belle réussite puisque j’ai dévoré les 608 pages de ce thriller en quelques jours à peine.

C’est un roman moderne, à l’écriture fluide et aux chapitres courts qui invitent à la poursuite de la lecture. Parce qu’il n’y a pas de temps mort, dès le début ce roman met les nerfs du lecteur à rude épreuve. Cette ombre qui, dès les premières pages, suit l’héroïne agace, on cherche qui elle peut être, on croit savoir et puis finalement on doute de tout et de tous.

Ce roman s’articule autour de trois personnages principaux :

  • Cloé Beauchamps, jeune femme moderne, ambitieuse qui veut prendre la tête de l’entreprise qui l’emploie, c’est la victime et pourtant on la déteste. Trop fière, hautaine, elle s’imagine que tout lui est du et traite tout le monde comme des moins que rien. Bref, j’avoue qu’elle m’a parfois irritée au point de penser qu’elle méritait sont triste sort.
  • Le méchant est bien présent. Ombre dans la vie de Cloé dans les chapitres qui la concernent, il devient un personnage à part entière dans les chapitres qui lui sont consacrés et on découvre au fil des pages sa personnalité plus que tourmentée. Ces chapitres sont d’autant plus passionnants qu’on y cherche le moindre indice qui pourrait nous permettre de le démasquer.
  • Alexandre Gomez, le policier bourru, désagréable, peu scrupuleux des lois et qui vit son métier suivant son propre code de l’honneur. Sauf qu’au fil des pages, derrière ce côté détestable qu’il affiche en façade apparaît peu à peu un homme sensible, aimant et à l’écoute que ce soit envers son épouse ou son jeune coéquipier. C’est finalement le personnage qui m’a le plus touchée.

L’histoire est passionnante, l’intrigue est rudement bien ficelée. Quand bien même la base semble classique, l’auteur a su mettre en place une ambiance angoissante et captivante. Les trois personnages évoluent, se croisent, se cherchent et le lecteur ne peut décrocher avant de savoir ce qu’il va advenir de Cloé et les chapitres étant très courts rendent la chose encore plus plus ardue pour le lecteur car il est bien difficile de ne pas les enchaîner les uns derrière les autres.

Bref, ce roman est un thriller machiavéliquement prenant à lire sans tarder !!